MetalZone débarque sur ton mobile !

Les 10 pires albums des années 90 par 10 groupes extraordinaires !

à 15 h 38 min
Lecture 12 min.
Les 10 pires albums des années 90 par 10 groupes extraordinaires !
© Future

Louder vient de publier une liste composée de “10 pires albums des années 90 par 10 groupes extraordinaires”. Découvrez tous les opus ci-dessous !

L’article est accompagné de l’introduction suivante : “Les années 90 ont été une période difficile pour le Metal. Mais… vraiment ? C’était le cas ? L’ascension de Fear Factory, Machine Head, Korn, le Grunge, le Black Metal, les batifolages du Death Metal avec le ‘mainstream’, The Peaceville Three, le Death mélodique suédois… Tout cela nous semble plutôt bien mais ce n’est que la partie visible de l’iceberg.”

“En fait, lorsque les gens parlent de la mort du Metal dans les années 90, ils ont tendance à parler des productions confuses, malavisées et souvent carrément horribles réalisées par la plupart des grands noms du genre durant cette période. Il ne fait aucun doute que la décennie n’a pas été tendre avec les groupes de Thrash et de Hard Rock des années 80.”

“Il y a aussi quelques grands noms des années 90, et il y a quelques omissions de la décennie qui peuvent sembler évidentes pour certains. C’est le cas de The Burning Red de Machine Head, qui n’est pas inclus ici car l’atroce Supercharger de 2001 est encore pire. Il en va de même pour Load de Metallica, criminellement sous-estimé, qui est un très bon album, à des années-lumière de St. Swansong de Carcass, qui est en fait excellent (oui, il l’est), mais qui ne sera jamais reconnu comme tel. Il en va de même pour Jugulator de Judas Priest et Filth Pig de Ministry, qui sont tous deux de bien meilleurs albums que ce dont vous vous souvenez.”

“Et le risible Generation Swine de Mötley Crüe est laissé de côté parce que… eh bien, Mötley Crüe…”

“Ils s’en sont tous sortis indemnes, mais voici 10 albums que nous ne pouvons tout simplement pas défendre.”

Les 10 pires albums des années 90 par 10 groupes extraordinaires :

À lire aussi : Bruce Dickinson, chanteur de Iron Maiden, raconte une expérience "ridicule" qu'il a vécue à l'hôpital

Exodus – Force of Habit (1992) :

Donc, dans les années 90, Metallica s’est vendu et a fait un album de Hard Rock, et tous les autres groupes de Thrash sont restés fidèles, non ? Probablement pas. Il y a quelques exemples de cette idée absurde sur notre liste, mais aucun n’est plus puant que le cinquième album de Exodus en 1992. La majeure partie de Force Of Habit est un Groove Metal assez peu mémorable qui tente de se fondre dans la noirceur de Alice In Chains, ce qui n’est pas ce que l’on attend de Exodus.

Mais en réalité, cet album figure sur cette liste à cause d’une chanson : la reprise de The Rolling Stones, Bitch, qui est vraiment pathétique. Une chanson où le groupe de Metal le plus célèbre de la Bay Area engage une section de cuivres (les gars, à quoi pensiez-vous ?) et tente ensuite d’imiter le Funk Metal bon enfant de Extreme. C’est une idée ridicule qui est exécutée de manière horrible, elle représente le néant absolu du Thrash Metal, et c’est peut-être la pire chanson de toute cette liste. Et tu t’es énervé en écoutant Nothing Else Matters ? Essaye donc celle-là !

Danzig – Blackacidevil (1996) :

Glenn Danzig : le Elvis diabolique et un homme qui a sorti un Metal Alternatif gothique sublime et essentiel au début des années 90. Mais en 1996, Danzig avait l’air un peu vieux jeu. Il décide de lutter contre cela en mimant le succès de White Zombie, Ministry et Nine Inch Nails, et de sauter dans le train du Metal Industriel. Un train qui a rapidement déraillé dans la seconde moitié des années 1990.

Si le Metal Industriel avait besoin d’être sauvé, Blackacidevil n’était certainement pas l’album pour le faire. Sonnant daté bien avant sa réalisation, le son de Glenn Danzig se débarrassant de son chant fumeux pour roter sur la face B électronique de Republica d’une chanson comme Sacrifice était suffisamment larmoyant pour étaler le mascara de toute sa fanbase.

Danzig – Serpentia :

Body Count – Violent Demise: Last Days (1997) :

C’était une autre époque ! Ice-T et Body Count ont toujours essayé d’être aussi provocants que possible, et ils le font encore. Et c’est très bien ainsi. Mais il y a certainement des moments dans leur carrière qui ne sont pas aussi stimulants et nécessaires que Cop Killer, et qui sont, en fait, juste grotesques et malavisés – et la plupart d’entre eux se trouvent sur Violent Demise.

Comme les paroles de Strippers, par exemple. Mais c’est l’offensive I Used To Love Her, où Ice-T se met dans la peau d’OJ Simpson alors qu’il assassine son ex-femme – un crime dont il a été acquitté – qui fait tout. C’est une patate chaude qu’il manipule, et cela nous a certainement brûlé les mains. Au final, c’était juste une très mauvaise idée. Comment cela a pu se faire sans qu’un producteur y mette un terme est franchement déconcertant.

Iron Maiden – Virtual-XI (1998) :

Le milieu des années 90 a été le point le plus bas de la carrière de Iron Maiden. Après avoir réussi à garder la tête hors de l’eau avec Fear Of The Dark grâce à la seule force du morceau-titre, le groupe a perdu son frontman emblématique Bruce Dickinson et l’a remplacé par le chanteur de Wolfsbane, Blaze Bayley. L’album X Factor de 1995 n’était pas génial, mais beaucoup étaient prêts à accorder à Iron Maiden le bénéfice du doute. Ce dernier petit bout de foi en Iron Maiden en tant que force fut complètement éteint par Virtual XI trois ans plus tard. L’album était inspiré à la fois par le jeu vidéo à venir et par la Coupe du Monde 1998 ( ?), ce qui n’est évidemment pas ce que l’on attend d’un groupe de Heavy Metal légendaire.

En le réécoutant aujourd’hui, Iron Maiden n’a jamais semblé aussi fatigué ou démodé qu’ici, même sur des albums sortis presque deux décennies plus tard. Le Prog lent et folklorique de The Angel And The Gambler semble plus long qu’une peine de prison, When Two Worlds Collide serait rejeté par Spinal Tap parce que trop ridicule, et The Educated Fool ressemble à un groupe de hooligans en colère se faisant passer pour un groupe de Metal. Bénissez Blaze, il a fait de son mieux, mais cet album a été oublié à juste titre.

Van Halen – III (1998) :

Van Halen, l’histoire du groupe était un véritable feuilleton dans les années 90 : Eddie Van Halen s’est brouillé avec Sammy Hagar et a essayé de se réunir avec David Lee Roth, avant de s’entendre avec l’ancien leader de Extreme, Gary Cherone, pour l’album III de 1998. Étonnamment, Eddie a parlé en termes élogieux de la relation de travail que le groupe a eue avec Gary Cherone pour son seul album avec le groupe, tant avant la sortie de l’album que dans les années qui ont suivi. Mais, avec tout le respect dû à Eddie, cet album est sans doute le plus faible de la carrière du groupe.

La concision, la tension et la brièveté des débuts et de 1984 ont été remplacées par des chansons inutilement longues, excessives et ennuyeuses, sans la personnalité outrageuse qui les rendait si excitants. Gary Cherone était essentiellement un “Yes man”, permettant à Van Halen de se plier à toutes les idées d’Eddie, culminant sur How Many Say I, le morceau de plus de six minutes qui clôt l’album, où le guitariste occupe inexplicablement le chant principal, avec des résultats désastreux. Ils pensaient peut-être que c’était la meilleure relation musicale qu’ils aient jamais eue en tant que groupe, mais tout le monde pensait que cela ressemblait au plus grand guitariste de tous les temps se démenant pour chanter juste.

Van Halen – How Many Say I :

Slayer – Diabolus In Musica (1998) :

Notre contre-argument au classique “Metallica s’est vendu et tous les autres groupes de Thrash ne l’ont pas fait”. Ah oui ? Pouvez-vous expliquer pourquoi Slayer sonne comme un groupe de Nu Metal sur cet album ? Au cours des années qui ont suivi Diabolus In Musica, le guitariste Kerry King s’est efforcé de se retirer de la création de l’album.

C’est clairement l’album le plus simpliste de la discographie de Slayer. C’est très bien quand ils y parviennent, comme sur l’excellent Stain Of Mind, où Slayer sonne comme une version assez bonne de Static-X. Mais la barre ne devrait-elle pas être placée un peu plus haut pour le plus grand groupe de Thrash Metal de tous les temps ? Nous le pensons, mais ce n’est pas le véritable problème ici. En fin de compte, des chansons comme Overt Enemy et In The Name Of God sonnent comme une sorte de version lobotomisée, abrutissante et laborieuse du groupe qui a écrit certaines des chansons de Metal les plus palpitantes de tous les temps. Ce n’est peut-être pas un album vraiment terrible comme certains de ceux de cette liste, mais c’est sans doute pire : un album de Slayer qui se contente de rouler, tout en étant oubliable et sans but, avant de se terminer poliment. Notre Slayer ne serait jamais…

Sepultura – Against (1998) :

Pour être honnête, Sepultura s’est un peu caché à la fin des années 90. Avec le départ acrimonieux du frontman Max Cavalera après le superbe album Roots en 1996, et avec Max se lançant dans son projet Soulfly et sortant le premier album éponyme bien accueilli avant même que Sepultura n’ait annoncé son remplacement, beaucoup de gens avaient déjà fait une croix sur le groupe.

Against est le premier album du nouveau frontman Derrick Green, et bien qu’il soit maintenant un membre apprécié du groupe, à l’époque il n’avait pas encore trouvé ses marques. Against porte certaines des marques d’un album de Sepultura, mais sans jamais sonner aussi confiant, contrôlé ou, plus important encore, accrocheur que les quatre albums mondialement connus qui l’ont précédé. Au lieu de cela, des chansons comme Old Earth et Common Bonds sonnent comme des coquilles d’idées de Sepultura, avec des rythmes tribaux et de gros riffs, mais sans accroche ni personnalité. L’équilibre finira par être trouvé, mais, premier essai ou pas, c’est un effort désordonné.

Sepultura – Common Bonds :

Paradise Lost – Host (1999) :

Host est-il vraiment un mauvais album, ou est-ce simplement le résultat du snobisme des fans de Metal à l’égard d’un groupe autrefois brutal qui apporte un tout nouvel ensemble d’influences ? Pour être honnête, les deux ne s’excluent pas mutuellement. Oui, la réaction de la communauté Metal au passage des maestros du Doom Metal à l’Électro-Pop a certainement été exagérée, mais Paradise Lost ne s’est pas vraiment aidé avec cet album.

Le groupe n’avait jamais eu de problème pour écrire des chansons et des accroches mémorables, même lorsqu’il s’agissait de musique lourde, alors pourquoi les refrains semblaient-ils les abandonner ici ? L’idée d’un Paradise Lost à la sauce Depeche Mode n’est pas mauvaise, mais ces derniers sont des mégastars qui excitent les stades parce qu’ils écrivent d’énormes chansons Pop, et, à l’exception de l’adorable Harbour, cet album est un peu un désert pour les moments qui aspirent votre cerveau comme ce style devrait le faire. De plus, la production des chansons elles-mêmes sonne mal nourrie et clairsemée alors qu’elles devraient sonner explosive et énorme. Il a fallu une remasterisation en 2018 pour que l’album sonne vraiment complet. Mais à ce moment-là, le mal était fait.

Megadeth – Risk (1999) :

Exhibit-C et le coup de grâce absolu à l’idée que les groupes de Thrash “restaient vrais” pendant les années 90. En réécoutant Risk aujourd’hui, il est étonnant que Dave Mustaine ait pu croire que cette tranche turgescente de Rock radio-friendly pouvait être un risque musical. Bien qu’écrire une chanson comme le titre d’ouverture Insomnia, qui sonne comme Def Leppard prenant son pied sur Happy Mondays, et laisser quiconque l’entendre, semble être une chose risquée à faire si vous voulez que les gens pensent que vous êtes vraiment bon pour faire de la musique.

La chanson la plus célèbre de l’album, Crush ‘Em, a été écrite par Dave Mustaine dans l’espoir qu’elle devienne un énorme hymne sportif à jouer dans les stades des États-Unis, mais elle n’a pas franchement réussi. La différence entre The Black Album et Risk est, à première vue et stylistiquement, très mince. Mais ce qui les différencie principalement, c’est que pendant que Metallica écrivait Enter Sandman et Sad But True, Megadeth écrivait Bon Jovi et Wanderlust, et essayait de marier Rush et les Goo Goo Dolls sur Breadline. Autant dire que les ventes de Risk ont été catastrophiques.

Megadeth – Breadline :

Coal Chamber – Chamber Music (1999) :

Bien sûr, il est un peu exagéré de qualifier Coal Chamber de “groupe extraordinaire”, mais si l’on considère l’impact qu’il a eu sur le mouvement naissant du Nu Metal, il est juste d’inclure Chamber Music. Parce que le deuxième album de Coal Chamber était un désastre. La chanson d’ouverture Tragedy utilise le genre de vocodeur dont on peut supposer qu’ils pensaient qu’il sonnerait futuriste, mais qui ressemble en fait au hoquet d’un Daft Punk en colère.

Burgundy et la reprise vraiment déroutante de Shock The Monkey de Peter Gabriel, avec Ozzy Osbourne (qui a l’air d’avoir été tiré du lit à 5h30 du matin et envoyé dans un studio) ont établi une nouvelle référence pour les groupes de Nu Metal qui reprennent des chansons pop des années 80. C’est un album qui a fait passer Coal Chamber de l’un des groupes les plus puissants du Metal à une blague en moins d’une heure.

2 Commentaires

  1. Pour Virtual XI, la prod’ ne met pas vraiment en valeur les musiciens et manque clairement de puissance. Je trouve ça dommage car, hormis “The Angel…” et ses 7 min de riffs insipides, répétés jusqu’à qu’à se cogner la tête partout où on peut, les autres titres comportent beaucoup de passages où, même si ça ne ressemble pas à du Maiden de la “traditionnel”, ils sortaient de leur schémas habituels, il y a des trouvailles, des prises de risques et au moins ils nous épargnaient la formule “2min d’intro, son clair” – Morceau – “Outro en son clair” pour bailler encore un peu plus (The Red And The Black par exemple, vraiment ça passe pas pour moi…j’ai essayé mais…non !). Par contre, agréablement surpris par “The writing on the wall”, les riffs, les arrangements, j’ai trouvé qu’ils s’étaient appliqués, car perso “the Book of Souls” c’était un peu du pilotage automatique…Pour les morceaux de l’ère Bayley, autant mater les lives avec son groupe, les morceaux de Virtual XI comme “when two worlds collide” ne sonnent pas du tout ridicules, ça envoie le double des légendes du heavy…

  2. Le grunge a foutu son bordel au début des année 90 et n à pas tenu le coup par la suite, beaucoup de fan on délaissé le métal ce qui n explique pas ces albums moyen, mais J ai vu Maiden au zénith de Paris et sur Angel and the gambler tout les fan était en délire quand le morceau est arrivé

Les publications ou les commentaires des utilisateurs ne reflètent pas les opinions de MetalZone, et aucun membre de l'équipe ne pourra être tenu responsable des propos des utilisateurs. Tout commentaire ne respectant pas la loi sera supprimé. Vous pouvez nous contacter pour signaler un commentaire abusif.

Tags : Heavy Metal
Source : loudersound.com