MetalZone débarque sur ton mobile !

10 des albums Rock et Metal les plus détestés !

à 14 h 47 min
Lecture 8 min.
10 des albums Rock et Metal les plus détestés !
© Linkin Park, YouTube

Loudwire vient de publier une liste composée de “10 des albums Rock et Metal les plus détestés”. Découvrez tous les titres ci-dessous !

L’article est accompagné de l’introduction suivante : “L’un des aspects les plus difficiles du métier d’artiste est de répondre aux attentes des fans tout en restant fidèle à ses objectifs créatifs.”

“Bien sûr, des tonnes de groupes emblématiques parviennent à cet équilibre sans faillir, mais tout aussi nombreux sont ceux qui ont au moins un album qui, parce qu’il est trop différent, trop similaire ou simplement trop décevant, a tendance à susciter une haine massive de la part de leurs adeptes.”

“De même, de nombreux albums qui ont d’abord divisé ont finalement suscité une plus grande admiration (comme Heritage de Opeth, Pablo Honey de Radiohead et Music From ‘The Elder’ de Kiss) ; cependant, les 10 albums ci-dessous n’ont jamais trouvé la rédemption qu’ils méritaient – ou pas.”

10 des albums Rock et Metal les plus détestés :

À lire aussi : Iron Maiden : Bruce Dickinson parle de sa chanson préférée à interpréter en concert, de Paul Di'Anno et de bien plus encore

Judas Priest – Turbo (1986) :

“Au milieu des années 1980, Judas Priest a passé une décennie entière à produire du Heavy Metal vraiment génial. En fait, nous avons classé le très réussi neuvième album studio, Defenders Of The Faith de 1984, comme le meilleur opus de la discographie du groupe.”

“Au lieu de poursuivre cette trajectoire avec Turbo en 1986, le groupe anglais a succombé à la malédiction de la décennie en s’essayant à des accroches plus radiophoniques, une production plus lisse et des arrangements à base de synthétiseurs.”

“Il est vrai que le morceau d’ouverture Turbo Lover a toujours été adoré, mais au-delà de ça, la plupart des fans inconditionnels détestent toujours l’ambiance globalement plus Pop et plus joyeuse symbolisée par des morceaux comme Out In The Cold et Hot For Love.”

The Rolling Stones – Dirty Work (1986) :

“Il est difficile de reprocher aux Rolling Stones d’être tombés en disgrâce à ce stade, étant donné qu’ils existaient depuis plus de 20 ans au moment de la sortie de Dirty Work. Néanmoins, ils l’ont sorti, alors nous le ferons.”

“Enregistré au milieu de tensions croissantes entre les auteurs-compositeurs Mick Jagger et Keith Richards, l’opus a le même penchant que Undercover pour certaines des compositions les plus fades, le chant le plus effronté et les styles les plus bizarres de leur carrière.”

“Même Mick Jagger a reconnu sa banalité et a déclaré en 1989 : ‘L’album n’était pas si bon. Il était correct… Le ressenti au sein du groupe était très mauvais, aussi’.”

Van Halen – Van Halen III (1998) :

Van Halen III est arrivé  avec un désavantage certain puisqu’il a vu le chanteur Gary Cherone (Extreme) remplacer Sammy Hagar. Il fait un travail décent, mais c’est à peu près tout, car il ne possède pas le charisme de Sammy Hager et de David Lee Roth.”

“De plus, l’album souffre d’un manque d’enthousiasme et d’audace, avec des chansons comme Without You, From Afar et Year To The Day qui s’apparentent à de l’auto-parodie en raison de leurs paroles et structures particulières.”

“Heureusement, David Lee Roth est revenu pour la dernière sortie du groupe – A Different Kind Of Truth de 2012 – qui était une vaste amélioration.”

Megadeth – Risk (1999) :

“Bien que Cryptic Writings, sorti en 1997, ait permis à Megadeth de s’éloigner davantage du Heavy Metal grand public, il a tout de même réussi à s’imposer pour séduire.”

“On ne peut pas en dire autant de Risk, qui succombe grandement à l’apport créatif accru du nouveau manager Bud Prager. Fidèle à son nom, l’album est stylistiquement audacieux, mais cela ne signifie pas que le résultat final – un mélange terne de modèles Megadeth (Seven) et d’odes à la légèreté (Breadline) – soit tolérable.”

“Pour couronner le tout, Risk est à la fois le chant du cygne du guitariste Marty Friedman et les débuts ratés du batteur Jimmy DeGrasso.”

Def Leppard – X (2002) :

“S’il y a une tendance qui se dégage de cette liste, c’est que même les plus grands groupes peuvent se planter lorsqu’ils modernisent et simplifient leur son. Le premier album studio de Def Leppard du nouveau millénaire, X, ne fait pas exception.”

“S’écartant radicalement de Euphoria, X sacrifie pratiquement tout ce qui rendait le groupe différent en faveur d’une tentative très transparente de s’intégrer au paysage Pop du début des années 2000. En d’autres termes, le groupe est passé du statut de pyromane à celui de boys band.”

“À juste titre, il a déçu sur le plan critique et commercial, et Def Leppard ne le joue presque jamais en concert.”

Metallica – St. Anger (2003) :

“St. Anger est l’album le plus tristement célèbre de l’histoire du Rock moderne. Après tout, il est sorti six ans après Reload et a été créé au milieu d’une énorme agitation interne (comme le montre le film Some Kind Of Monster de 2004).”

“Mais surtout, il abandonne l’agressivité complexe et multiforme caractéristique de Metallica pour une base Alternatif/Nu Metal. Plus précisément, les fans ont détesté l’absence totale de solos de guitare, la faiblesse des paroles et des parties de basse et le son de batterie de mauvais goût, sans caisse claire.”

“C’est comme si St. Anger avait été conçu précisément pour abandonner l’ADN de Metallica tout en mettant en colère autant de fans de longue date que possible.”

Queensrÿche – Operation: Mindcrime II (2006) :

“Créer une suite à un monument de la culture Pop est une course folle, surtout si elle intervient des décennies après. Malheureusement, c’est ce que Queensrÿche a fait avec cette suite décevante de Operation : Mindcrime (souvent considéré comme l’un des meilleurs albums narratifs jamais réalisés).”

“L’absence du guitariste Chris DeGarmo nuit à l’ensemble, tout comme le manque de créativité du guitariste Michael Wilton. Ces distinctions, ainsi que son processus d’enregistrement bancal et sa narration larmoyante et alambiquée, donnent l’impression d’un projet vaniteux de Geoff Tate.”

“Pratiquement personne n’en voulait, et pratiquement personne n’en a été satisfait.”

Guns N’ Roses – Chinese Democracy (2008) :

“C’est le cas classique d’un artiste qui fait trop de bruit et n’assure pas assez. Pour dire les choses simplement, il est arrivé beaucoup trop tard et n’était pas vraiment un travail d’équipe traditionnel car la plupart des membres principaux de l’équipe – le producteur Mike Clink, le bassiste Duff McKagan, le batteur Matt Sorum et même les guitaristes Gilby Clarke et Slash – sont partis après The Spaghetti Incident? de 1993.”

“Les seuls membres restants sont le claviériste Dizzy Reed et le chanteur Axl Rose (qui produit également). Des coûts d’enregistrement excessifs et de nouveaux musiciens – dont les guitaristes Bumblefoot et Buckethead – ont fait que l’album a été considérablement retardé, désordonné et vite oublié.”

“Honnêtement, les fans purs et durs ne pouvaient s’empêcher d’être irrités.”

Dream Theater – The Astonishing (2016) :

“Comme Queensrÿche, Dream Theater avait déjà produit un chef-d’œuvre conceptuel – Scenes From A Memory de 1999 – lorsque The Astonishing a été annoncé. Les aficionados étaient donc persuadés qu’il s’agirait d’un autre opus sans faille.”

“Au lieu de cela, les auditeurs ont eu l’impression que le double album était une épopée de science-fiction banale, pleine de titres maladroitement théâtraux (The Gift Of Music, Our New World) et de ballades insupportables (Act Of Faythe, Begin Again). Le fait que son histoire soit fortement inspirée du film 2112 de Rush n’a rien arrangé.”

“Bien que The Astonishing ait ses défenseurs – dont moi-même [Jordan Blum], dans mon livre On Track : Dream Theater – il s’agit toujours d’une œuvre très contestée.”

Linkin Park – One More Light (2017) :

Linkin Park a clairement changé de son entre Hybrid Theory (2000) et The Hunting Party (2014). Pourtant, aucun de ses six premiers albums n’a été ressenti comme une trahison.”

“Cela a changé avec One More Light, un album inhabituellement Pop, commercial et peu travaillé. En particulier, le premier single Heavy (en collaboration avec la chanteuse Kiiara) est immédiatement détesté, et l’augmentation du nombre d’auteurs-compositeurs et de producteurs extérieurs suggère que le groupe s’est ‘vendu’.”

“Bien sûr, la mort de Chester Bennington quelques mois seulement après la sortie de l’album a aidé les fans à le recontextualiser et à l’apprécier, mais cela ne signifie pas qu’il a été largement adopté.”

Linkin Park (ft. Kiiara) – Heavy :

3 Commentaires

  1. Ok pour Le III de Van Halen ( accident industriel ?),idem pour le X de Def Lep ( crise collective ?)et le Guns ( à côté de la plaque !) mais Turbo du Priest ne mérite pas d’être dans cette liste… pourtant il y en aurait des prétendants : certains ACDC (années 90),du Kiss ( même période) et même du Maiden si on veut rester honnête, mais le pire est certainement le dernier album solo de Jack White ” Boarding house reach” qui a mon sens n’a pas de concurrence…

  2. Assez d’accord avec cette liste, surtout pour Risk de Megadeth et St Anger de Metallica !! Par contre pas du tout d’accord avec vous sur Turbo de Judas Priest !!! Je suis un fan inconditionnel de ce groupe et j’adore cet album! Il reste dans la continuité des idées du groupe de proposer toujours de différentes choses, à chaque nouvelle production.

Les publications ou les commentaires des utilisateurs ne reflètent pas les opinions de MetalZone, et aucun membre de l'équipe ne pourra être tenu responsable des propos des utilisateurs. Tout commentaire ne respectant pas la loi sera supprimé. Vous pouvez nous contacter pour signaler un commentaire abusif.

Tags : Heavy Metal
Source : loudwire.com