Les reviews utilisateurs sont de retour !

10 grands groupes dont les premiers albums n'étaient pas vraiment extraordinaires !

à 14 h 02 min
Lecture 7 min.
10 grands groupes dont les premiers albums n'étaient pas vraiment extraordinaires !
© RockMusic lmL Forevah, YouTube

Louder vient de publier une liste composée des “10 grands groupes dont les premiers albums n’étaient pas vraiment extraordinaires”. Découvrez tous les opus ci-dessous !

L’article est accompagné de l’introduction suivante : “Tout le monde doit commencer quelque part, et certains démarrent plus vite que d’autres”.

“Les meilleurs premiers albums de Rock sont extraordinaires, des albums réalisés par des artistes ayant de la volonté et de la conviction, par des musiciens ayant quelque chose à dire et les moyens de le faire.”

“Certains groupes démarrent en trombe. Il était évident que Led Zeppelin était complètement formé dès les premières mesures de Good Times Bad Times, les débuts de Van Halen ont fait prendre à un genre entier une tangente nouvelle et déconcertante, et Guns N’ Roses n’a jamais fait mieux que Appetite For Destruction.”

“D’autres groupes ont commencé plus lentement. Def Leppard a peut-être atteint son apogée avec Pyromania et Hysteria et a presque renié son premier album, mais ce n’est pas un mauvais album. Les bases étaient déjà posées.”

“Et puis, il y a ceux qui n’ont pas tout compris dès le départ, dont les premiers albums sont douteux, mi-cuits ou carrément affreux.”

“Voici 10 exemples.”

10 grands groupes dont les premiers albums n’étaient pas vraiment extraordinaires :

À lire aussi : Les nouveautés Metal & Rock de la semaine : Volbeat, Devin Townsend, Of Mice & Men et bien plus encore

Judas Priest – Rocka Rolla :

Le premier album de Judas Priest était plus une indication de son potentiel qu’une montée en puissance que le groupe allait utiliser plus tard pour conquérir le monde. Rocka Rolla est assez agréable, avec sa légère saveur de Hard Rock Progressif et ses sons chauds et analogiques, mais c’est une affaire inégale qui n’approche jamais la grandeur et la gravité des classiques.

Le groupe a clairement tâtonné. Même sur la chanson titre, l’ensemble reste hésitant et forcé. Tout le monde chante “A rocka rolla woman for a rocka rolla man…”. Ou peut-être pas.

Scorpions – Lonesome Crow :

Le premier album de Scorpions est un peu une curiosité. C’est le seul que le groupe a réalisé avec Michael Schenker comme membre à plein temps. Et, malgré son jeune âge – il n’a que 16 ans à l’époque – certains de ses solos sont remarquables.

Mais dans l’ensemble, on peut dire que c’était un groupe très jeune qui cherchait une orientation. C’est très psychédélique, et cela ne convient pas vraiment aux talents naissants du groupe. Cependant, In Search Of The Peace Of Mind est impressionnant, et dans l’ensemble, l’album a du mérite sur le plan musical.

Jethro Tull – This Was :

Il peut être controversé de placer le premier album du groupe sur une liste comme celle-ci, mais This Was ne donne qu’un aperçu du groupe que Jethro Tull allait devenir.

C’est un album dirigé par le guitariste Mick Abrahams, un joueur vénéré de R&B et de Hard Blues qui allait former Blodwyn Pig, et en tant que tel, il offre une vue de la route non empruntée.

Un badinage de trois semaines avec Tony Iommi a suivi, avant l’arrivée de Martin Barre.

Alice Cooper – Pretties For You :

Bien qu’il s’agisse officiellement du premier album de Alice Cooper, il n’offre que peu d’aperçus du spectacle de Heavy Rock à venir, maquillé et gore.

Son psychédélisme bizarre est influencé par le Pink Floyd de l’ère Syd Barrett, et bien qu’il s’intègre bien à ses compagnons de label sur le Straight Records de Frank Zappa, il n’est tout simplement pas très bon.

Marilyn Manson – Portrait Of An American Family :

C’est Marilyn Manson dans ce qu’il a de plus effrayant. Critique accablante des États-Unis, obsédés par les talk-shows et les canapés, Portrait of an American Family dénonce et expose les espoirs, les craintes et l’hypocrisie excessive du pays d’origine de Marilyn Manson.

Lunchbox, Get Your Gunn, Wrapped In Plastic et Dope Hat sont les plus accrocheurs du lot, partageant des accroches loufoques avec des groupes comme Jack Off Jill et d’autres. Les échantillons sont tirés de témoignages de tueurs en série, de contes pour enfants et même du Crazy World Of Arthur Brown, créant un melting-pot oxymorique de thèmes dont Marilyn Manson s’inspirera dans ses albums ultérieurs.

Le chant brut, les samples douteux et la production nihiliste de Trent Reznor pourraient servir d’excuses pour expliquer pourquoi cet album n’est pas considéré comme un classique moderne. La vraie raison ? Ce n’est pas encore tout à fait Marilyn Manson.

Pantera – Metal Magic :

Metal Magic est du pur Glam Metal, un peu plus Rock que celui qui rôdait sur Sunset Boulevard, mais pas de beaucoup.

Des morceaux comme Ride My Rocket (oui, vraiment), Nothin’ On (But The Radio) et Rock Out laisseront la plupart des fans de Pantera sans voix, horrifiés et confus.

Bien sûr, en 1983, le groupe était encore adolescent, et dirigé par Terry Glaze, un chanteur de Rock dans une veine beaucoup plus douce que Phil Anselmo. Il faut dire qu’il y a plus à rire qu’à vomir.

Genesis – From Genesis To Revelation :

Avec le parrainage de l’ancien élève devenu producteur Jonathan King, les étudiants de Charterhouse, Garden Wall, changent leur nom en Genesis et enregistrent leur premier album, From Genesis To Revelation, en août 1968.

Jonathan King avait eu un succès Pop en 1965 avec Everyone’s Gone To The Moon, et il n’était pas intéressé par les projets plus ambitieux du groupe. “Nous voulions être originaux”, a déclaré Mike Rutherford, “mais Jonathan n’aimait pas notre genre d’originalité”.

Le résultat ? From Genesis To Revelation est fascinant en tant que curiosité historique, mais pas beaucoup plus. S’inspirant de la Pop, du Folk et du psychédélisme des années 1960, il est réservé aux fans inconditionnels de Genesis.

AC/DC – High Voltage (édition australienne) :

Sur l’original de High Voltage – sorti sur le marché australien en 1975 – AC/DC était vraiment jeune. Et ça se ressent. Ils sonnent comme une imitation timide du groupe qu’ils deviendront, sans Phil Rudd pour faire avancer les choses, et la meilleure chanson est une reprise de Baby Please Don’t Go de Big Joe Williams.

Lorsque la maison de disques de AC/DC choisit finalement les chansons des deux albums australiens du groupe (High Voltage est suivi la même année de T.N.T.) pour créer une toute nouvelle compilation de neuf titres destinée au marché international, seules deux chansons – Little Lover et She’s Got Balls – figurent sur High Voltage.

Ministry – With Sympathy :

Le premier album de Ministry fait pâle figure en comparaison du reste de la discographie du groupe. Le faux accent britannique d’Al Jourgensen et les tonalités synthpop légèrement funky qui parsèment des singles comme Revenge et I Wanted To Tell Her sont bien, mais ils sont complètement étrangers au Ministry que nous connaissons et aimons.

Dream Theater – When Dream And Day Unite :

Dream Theater n’a jamais fait de mauvais album, mais son premier album est de loin son plus faible.

Enregistré trois ans après sa formation, il souffre de trois inconvénients majeurs : une production boueuse (par Terry Date, associé de Rush), des compétences relativement rudimentaires en matière d’écriture et de composition (du moins par rapport à ce qui se fera plus tard), et les glapissements aigus du chanteur original Charlie Dominci, qui quittera le groupe peu après.

Dans la colonne des points positifs, A Fortune In Lies et The Killing Hand, ainsi que l’instrumental The Ytse Jam, laissent présager de grandes choses pour l’avenir.

1 Commentaire

Les publications ou les commentaires des utilisateurs ne reflètent pas les opinions de MetalZone, et aucun membre de l'équipe ne pourra être tenu responsable des propos des utilisateurs. Tout commentaire ne respectant pas la loi sera supprimé. Vous pouvez nous contacter pour signaler un commentaire abusif.

Tags : Heavy Metal
Source : loudersound.com