Les reviews utilisateurs sont de retour !

Roger Daltrey, le chanteur des Who, qualifie les Rolling Stones de "groupe de pub médiocre"

à 14 h 45 min
Lecture 3 min.
Roger Daltrey, le chanteur des Who, qualifie les Rolling Stones de "groupe de pub médiocre"
© Anthony Mooney / Shutterstock.com

Roger Daltrey, le leader des Who, a décrit les Rolling Stones comme un “groupe de pub médiocre” dans une récente interview.

Ses commentaires font suite à ceux de Paul McCartney, qui a relancé la polémique entre les Beatles et les Stones en qualifiant le groupe de Mick Jagger de “groupe de reprises”, ce qui a entraîné une réponse enjouée de Jagger lors d’un concert.

Dans une interview accordée à Coda Collection, Daltrey a donné son propre point de vue, en disant : “Mick Jagger ; vous devez lui tirer votre chapeau. C’est le plus grand performer du Rock ‘N’ Roll.”

Il a poursuivi en riant : “Mais en tant que groupe… si vous étiez dehors et que vous entendiez cette musique sortir d’un pub un soir, vous vous diriez : ‘C’est un groupe de pub médiocre !’.”

Ailleurs dans l’interview, Daltrey a révélé sa jalousie envers Robert Plant, dont l’expérience en tant que leader de Led Zeppelin était très différente de celle de Daltrey en tant que leader des Who.

Il a expliqué : “J’ai tiré la courte paille ; c’est le pire scénario parmi tous les chanteurs de n’importe quel groupe. Il n’y a pas de solos [dans la musique des Who] ! Les chansons des Who sont pleines de chant. Robert Plant est un très bon ami à moi, et nous en plaisantons. Il dit qu’il pouvait aller lire un livre lorsque [Jimmy] Page commençait un solo de guitare ou [John] Bonham un solo de batterie. Et je me demande ce que ça aurait été d’être dans un groupe comme ça !”

Daltrey a également déclaré qu’il n’aimait pas l’Internet : “Je n’ai jamais pensé que quelque chose de bon en sortirait, et je pense toujours que rien de bon n’en est sorti. Je pense que si nous ne faisons pas attention, ça pourrait être la fin de notre civilisation.”

Par ailleurs, les Rolling Stones sont revenus en tête du classement des tournées les plus lucratives, avec 10 millions de dollars par show lors de leur tournée américaine No Filter en 2021.

Ces chiffres ont été rapportés par la publication Pollstar, qui a noté que les vétérans britanniques avaient également atteint un taux de vente de billets de 100 % à chaque performance. Ils restent le seul groupe à avoir franchi le seuil des 10 millions de dollars, ayant réalisé le même exploit lors de leur tournée pré-pandémique de 2019 – ce qui suggère que, pour les Stones du moins, les effets financiers négatifs du coronavirus sont terminés.

7 Commentaires

  1. Les who, Ten Years After, les Stones, Deep Purple, Led Zeppelin, Pink Floyd, les Beatles (un peu), Hawkwind, Groundhogs, les Variations et tant d’autres : toute ma jeunesse lycéenne. Quelle époque on a vécu… Et les 45 tours que je piquais en douce à mon grand frère (easybeats, troggs, Animals, Stones, etc) pour les écouter en cachette. Ten Years After : toutes mes années de lycée tournaient autour de ce groupe. Et concernant internet, je suis bien d’accord avec lui. Bon allez, je vais réecouter Who’s next et Ssssh.

  2. La vérité sur les Stones et les Beatles sort de la bouche à Lemmy (in “Lemmy”, documentaire réalisé par Greg Olliver et Wes Orshoski). Pour Lemmy Kilmister (vrai icone du rock), les “vrais” c’étaient les Beatles. Ce constat étonnant semble a priori moins rock’n ‘roll et cependant, si on regarde dans le détail toutes les expérimentations sonores et musicales, tous les concepts des Bealtes, c’était du magma en fusion.
    Faites le test.. Écoutez “I want you (she’s so heavy)” des Beatles, puis la même chanson interprétée par le groupe de Thrash technique suisse Coroner. Elles semblent aussi metal dans l’âme l’une que l’autre. C’est magique !
    Par contre, “Sympathy for the devil”, des Stones, titre sympathique (excepté dans ses parties de chant qui frôlent la bouillabaisse yéyé !), il faut constater que ça a pris un coup de vieux terrible à maintes reprises, ça fait gentils papys, tout d’abord en raison de Laibach qui a rendu la chanson d’origine martiale en diable et surtout avec Jane’s Addiction (réinterprétation magistrale, voire sublime du titre originel, avec une VRAIE émotion, grâce à Dave Navarro et Perry Pharrell)..
    Quel bilan mes amis pour les Stones ? Les Stones ont fait du rock qu’ils avaient pillé aux rockers afro-américains et ils ont assuré le show sur le long terme, sur le long entertainment même (y compris filmé par l’ami Scorsese qui n’avait rien de mieux à faire à ce moment-là).
    Les Beatles quant à eux, EN LEUR TEMPS (c’est important de le souligner), inventaient tout un monde (y compris cinématographique). À ce titre, la chanson “Yellow submarine” n’est pas naïve puisqu’elle s’inscrit dans ce concept de film musical psychédélique (éponyme) incroyable.
    Bref, si les Stones ont rencontré Clinton (quelqu’un l’a dit ici), ils ont dû parler jackpot (c’est vrai quoi, Haïti attend toujours que Clinton rende les sommes astronomiques de la communauté internationale qu’il supervisait pour la reconstruction du pays : où est passé l’argent, Bill ?)

  3. Je constate que les commentaires sont intéressants.Dire que cela se voit que Jagger ait une formation d’économiste,c’est décalè.Il a été un, peut-être deux trimestres en fac d’économie.Et parmi les premiers contrats que les Stones ont signés,ils ont en signés un,ou sans le vouloir,ils ont étè spoliés des droits de leurs chansons .Comme de vulgaires bluesmen.Aprés,à partir de 69,ils sont devenus très, très attentifs à leur environnement économique.Quant à dire que c’est une formation marketing,c’est lors de la brouille Jagger Richards que cette question s’est posée.Mais avant ,et au dèpart,ce sont des amoureux de musique .Qui se sont adaptés.Et qui fonctionnent sur la nostalgie.Mais comment leur reprocher ça?
    En ce qui concerne les Beatles,je ne suis pas d’accord avec beaucoup de choses.Les Beatles sont les maîtres,non du rock,mais des années soixante,du rock sixties plutôt dans le registre pop.A ce titre,ils sont le nom qui symbolise cette période de rupture.Ce ne sont pas des personnalités hors norme,ils ne faisaient qu’utiliser les concepts théorisés et lançés par d’autres .Le comble du ridicule a été atteint avec leur période Guru.Ce ne sont que des suiveurs plutôt conservateurs.Par contre,ils ont deux choses hors normes.Leurs talents de mélodistes et leurs talents de vocalistes.C’est ce qui fait qui fait d’eux les maîtres de la musique populaire.Par contre,si vous enlevez les vocaux,l’instrumentation est commune.C’est pas le cas des Stones,qui maîtrisent les musiques orales de leur époque,blues, rock’n’roll,rockabilly,reggae,soul,funk, country.Keith,le dit Roi du rock peut jouer des balades de Judy Garland.Je trouve que les influences des Beatles relévent plutôt de l’académisme,sauf sur les lignes mèlodiques.Quant aux paroles des chansons des Beatles,je ne suis peut-être pas qualifié pour juger de la qualité littéraire de certains textes,encore que obladi ,yellow submarine,et de nombreux autres textes me paraissent relever d’un niveau collège.Par contre,je maîtrise suffisamment l’anglais pour la compréhension.Juste quelques exemples,la défense d’un salariat avec un point de vue machiste dans hard day’s night,couplet homophobe sur Loretta Martin dans Get Back,remarque d’une condescendance sur la personne handicapée dans Come Together (you can feel his disease),Back in USSR,c’est pas du Soljenitsyne, plutôt du tourisme amoureux.Chez les Stones,on peut retrouver cette notion de suivisme parfois très ambigu.Mais je prends les paroles de Sympathy for the devil,avec sa subtilité,son aspect multidimensionnelle ou le côté brut des lyrics de Satisfaction,ou le côté ,vérité dans l’immédiateté,de Living in a Ghost town.Je ne retrouve pas l’équivalent dans les paroles.
    Après,comme tout le monde,je ne fais qu’exprimer ma subjectivité.Je respecte tous les avis,et j’aime les amateurs/trices de rock

    1. Effectivement, certains titres des Beatles étaient simples, accrocheurs et à mon sens, peu intéressants. Ce sont les titres de leur période 60-65 qu’ils jouaient sur scène et qui restent les plus connus. Mais si on prend l’exemple de Happiness is a warm gun, Eleanor Rigby, A day in the life, For no one…, On se rend compte de la qualité de leurs phrasés, de la richesse de leur vocabulaire, de la subtilité des arrangements de John Martin et de Phil Spector. Lemmy, icône métal punk l’a dit et redit : ” les Beatles sont les meilleurs compositeurs du monde, avec les meilleurs arrangements (…)”. Leurs grilles harmoniques sont certes classiques, mais incomparablement plus riches que celles qu’emploient des formations inintéressantes comme Oasis. Ils n’ont pas inventé la musique moderne, car l’harmonie existait déjà avant Pythagore, mais ils ont su intelligemment l’utiliser et la populariser. En ce sens, ils sont pour moi, intouchables.

  4. Je ne me permettrai pas de critiquer ces groupes mythiques et très différents les uns des autres. Toutefois, les Beatles occupent pour moi le sommet de la hiérarchie du rock. Les Who et les Stones, bien que très influents, ne disposaient pas de la même palette de styles. Les Beatles, c’est tout d’abord un songwriting extrêmement fluide et créatif, des paroles très riches (contrairement à ce que pensent de nombreux français, dont le niveau moyen en anglais est à peine celui d’un collégien), des harmonies vocales somptueuses, des influences multiples (classique, World music, folk, jazz, psychédélisme…) et des personnalités vraiment hors normes. Bref, ce sont les maîtres du rock, au même titre que Mozart, Bach et Beethoven !

  5. Les commentaires de Daltrey,comme ceux de MacCartney sont étonnants.J’ai vu les Who une fois et je n’ai pas eu envie d’y retourner.C’était comme aller à une expo d’art moderne ou vous ne savez pas si la porte ouverte d’un bureau est une performance de l’Expo.Quand aux Beatles,il y a de très bonnes chansons peut être les meilleures,pour les musiques.Mais pardon,les paroles des Beatles à côté de celles des Stones,c’est l’idiot du village à côté de bibliothèques vivantes .Les Stones ont une connaissance encyclopédique de plusieurs cultures musicales,ont fréquentés des hommes politiques,comme Clinton,des acteurs,des auteurs ,des hommes et des femmes noires,la où les Beatles ont fréquentés un Guru et ou musicalement leur monde s’arrête à Buddy Holly.Quand on parlera dans le futur des sixties,le nom des Beatles jaillira en premier,mais les Stones leur seront accolés.Quand aux Who,qui s’en souviendra?
    Ces propos,ceux de Daltrey comme ceux de Mac Cartney semblent dicter soit par une jalousie,soit peut-être pour Daltrey une énième pique à l’égard de Townshend qui lui aime les Stones

    1. Les Rolling Stones bon groupe !
      C’est un pure produit marketing, Jagger à suivit des cours d’économie et cela se sent, même un décès, n’arrête pas une tournée
      Depuis qu’ils ont viré Brian Jones, ils n’ont rien produit d’intéressant, ils ne font que recopier le même riff de blues, ad libitum.
      De plus, en quoi le fait d’avoir rencontré Clinton et des comédiens, rend leur musique meilleure ?
      Quant aux Beatles, bien que vous les trouviez médiocre, en 10 albums, ils ont changé le monde, tout les musiciens s’en inspirent.
      Bref, voir des mamies décolorées sur scène, se déhancher à 300 boules la place, je vous les laisse.

Les publications ou les commentaires des utilisateurs ne reflètent pas les opinions de MetalZone, et aucun membre de l'équipe ne pourra être tenu responsable des propos des utilisateurs. Tout commentaire ne respectant pas la loi sera supprimé. Vous pouvez nous contacter pour signaler un commentaire abusif.

Tags : Rock The Who
Source : codacollection.co
Articles les plus récents
Articles les plus vus
Les dernières reviews
Les maîtres du Death Metal Mélodique, Be'Lakor, sont de retour avec Hidden Window

Be'Lakor
Coherence

Par Adrien, le 13/11/2021
Baptize

Atreyu
Baptize

Par Tetralens, le 02/07/2021
Light The Torch annonce son nouvel album, You Will Be The Death Of Me (détails & single)

Light The Torch
You Will Be The Death Of Me

Par Tetralens, le 29/06/2021
Plus d'actus sur The Who
L'actu Rock