Les reviews utilisateurs sont de retour !

Le manager d'Eric Clapton défend le procès intenté par le guitariste à une veuve allemande qui a tenté de vendre un CD piraté sur eBay

à 12 h 01 min
Lecture 4 min.
Écoutez la nouvelle chanson de protestation d'Eric Clapton, This Has Gotta Stop
© landmarkmedia / Shutterstock.com

Le manager d’Eric Clapton a fait une déclaration concernant le procès intenté par le musicien à une veuve allemande qui avait mis en vente sur eBay une version piratée de l’album Eric Clapton – Live USA, pour environ 11,70 €.

La semaine dernière, Clapton a gagné le procès contre la femme, qui a affirmé qu’elle ne savait pas que le CD de son défunt mari était piraté et a retiré l’annonce un jour après l’avoir publiée. Le juge a déclaré que le fait qu’elle n’ait pas acquis le CD elle-même n’était pas pertinent et l’a condamnée à payer les frais de justice des deux parties (environ 3 500 euros).

Plus récemment, le manager de Clapton a publié une déclaration à l’intention du fan club du guitariste pour clarifier le rôle de l’artiste de 76 ans dans cette situation, ainsi que les raisons pour lesquelles ils ont engagé une action en justice.

La déclaration est la suivante : “Compte tenu des articles de presse répandus et souvent trompeurs sur une récente affaire de bootleg impliquant une femme en Allemagne, voici une clarification pour remettre les pendules à l’heure.”

“L’Allemagne est l’un des nombreux pays où les ventes de CD pirates non autorisés et généralement de mauvaise qualité sont monnaie courante, ce qui nuit à la fois à l’industrie et aux acheteurs de produits de qualité inférieure. Sur une période de plus de 10 ans, les avocats allemands mandatés par Eric Clapton, et un nombre important d’autres artistes et maisons de disques connus, ont poursuivi avec succès des milliers de cas de bootleg dans le cadre des procédures de droit d’auteur habituelles.”

“L’intention n’est pas de cibler les particuliers qui vendent des CD isolés de leur propre collection, mais plutôt les bootleggers actifs qui fabriquent des copies non autorisées pour les vendre. Dans le cas d’un particulier qui vend des articles non autorisés provenant d’une collection personnelle, si, après réception d’une mise en demeure, les articles incriminés sont retirés, les frais éventuels seront minimes, voire supprimés.”

“Les avocats et l’équipe de management d’Eric Clapton (et non Eric lui-même) déterminent si un article mis en vente est illégal et une déclaration le confirmant est signée, mais Eric Clapton n’est ensuite plus impliqué dans aucun cas, et 95% des cas sont résolus avant d’aller au tribunal.”

“Cette affaire aurait pu être réglée rapidement à un coût minime, mais malheureusement, en réponse à la première lettre type des avocats allemands, la réponse de l’intéressé comportait la phrase suivante : ‘n’hésitez pas à intenter un procès si vous insistez sur les demandes’. Cela a déclenché l’étape suivante des procédures juridiques standard, et le tribunal a alors rendu la première ordonnance d’injonction.”

“Si la personne s’était conformée à la lettre initiale, les coûts auraient été minimes. Si elle avait expliqué dès le départ l’ensemble des faits par un simple appel téléphonique ou une lettre aux avocats, toute réclamation aurait pu être abandonnée et les coûts évités. Cependant, la personne a désigné un avocat qui a fait appel de la décision d’injonction. Le juge a encouragé la personne à retirer son appel pour économiser des frais, mais elle a continué. L’appel a échoué et elle a été condamnée à payer les frais de la Cour et de toutes les parties.”

“Cependant, lorsque tous les faits de cette affaire ont été révélés et qu’il est apparu clairement que cette personne n’était pas le type de personne qu’Eric Clapton ou sa maison de disques souhaitaient cibler, Eric Clapton a décidé de ne pas poursuivre son action et n’a pas l’intention de percevoir les frais qui lui ont été attribués par le tribunal. Il espère également que la personne n’encourra pas elle-même d’autres frais.”

Si la femme essayait de vendre à nouveau le CD, elle risquerait apparemment une amende de 250 000 euros ou six mois de prison.

1 Commentaire

  1. Comme quoi dans une affaire judiciaire, il est essentiel de connaître les tenants et les aboutissants : visiblement, c’est justement parce que la personne en infraction a refusé la négociation amiable qu’elle a “provoqué” l’action en justice ( au lieu de reconnaître ses torts !)et que le procès a eu lieu ! Pirater,c’est une chose, s’en vanter ou en faire commerce en est une autre! Donc sur ce coup-là, rien à reprocher au guitariste !

Les publications ou les commentaires des utilisateurs ne reflètent pas les opinions de MetalZone, et aucun membre de l'équipe ne pourra être tenu responsable des propos des utilisateurs. Tout commentaire ne respectant pas la loi sera supprimé. Vous pouvez nous contacter pour signaler un commentaire abusif.

Source : whereseric.com