Serj Tankian trouve que tourner avec System Of A Down est "artistiquement redondant"

à 16 h 22 min
Lecture 4 min.
Serj Tankian de SOAD dit à Jimmy Page que l'homme qui a signé Led Zeppelin a apporté son soutien philanthropique au "déni du génocide arménien"
© Milan Risky, Shutterstock.com

Serj Tankian, le célèbre chanteur de System Of A Down, s’est récemment exprimé sur l’évolution de son point de vue sur les tournées lors d’un épisode du podcast Soul Boom With Rainn Wilson. Ce podcast, animé par l’acteur et écrivain Rainn Wilson, propose des conversations riches de sens et d’inspiration. Les remarques de Tankian ont permis de jeter un regard introspectif sur sa réticence à l’égard du mode de vie traditionnel des tournées, qui a autrefois caractérisé les premiers succès de son groupe.

Se remémorant l’apogée de System Of A Down après la sortie de leur album Toxicity en 2001, Tankian explique que la nature répétitive des tournées est devenue de moins en moins attrayante. “Nous avons connu un succès incroyable et inattendu… mais après de nombreuses années de tournée, c’est devenu cyclique. Faire des disques pendant un an, partir en tournée pendant deux ans, faire toute cette publicité – c’était tout simplement cyclique”, a-t-il déclaré. Tankian a exprimé le désir de rompre ce cycle pour se consacrer à d’autres projets artistiques, en déclarant : “Je veux aussi faire mon propre truc. J’ai d’autres aventures artistiques dans lesquelles je veux me lancer.”

Les ambitions créatives croissantes de Tankian et la dynamique au sein du groupe, en particulier avec le guitariste et chanteur Daron Malakian, ont encore influencé sa décision. “Au fil du temps, Daron est devenu un meilleur parolier, et je suis devenu un meilleur compositeur musical… c’est devenu une sorte de ‘push and pull’, ce qui est très bon pour les groupes, en fait”, a-t-il déclaré. Cette tension créative, bien que bénéfique, a également contribué à la nécessité d’un hiatus avant la sortie du double album du groupe, Mezmerize et Hypnotize, en 2005 et 2006.

Malgré les frictions initiales que sa décision a provoquées, Tankian a souligné l’importance de maintenir des relations personnelles au sein du groupe. “Des années plus tard, nous sommes repartis en tournée en 2011, et c’est devenu quelque chose d’amusant… Nous avons tout mis de côté et nous avons dit : ‘Écoutez, nous sommes des amis, nous sommes des frères. Nous nous connaissons depuis longtemps. Nous nous respectons et nous nous aimons toujours. Amusons-nous et partons en tournée ensemble’.”

En ce qui concerne l’impact physique des tournées, Tankian, qui a subi une opération du dos il y a quelques années, reconnaît que cela a eu un effet sur son enthousiasme pour les longs voyages. Il a cité David Bowie : “Les deux premières semaines de chaque tournée sont fondamentalement créatives ; après, c’est redondant”. Il a exprimé sa préférence pour les spectacles ponctuels, qu’il trouve agréables sans l’engagement considérable que représente une tournée complète.

La relation entre Tankian et Malakian a évolué au fil des ans, les deux artistes s’épanouissant dans leurs rôles respectifs. “Lorsque Daron et moi avons commencé à travailler ensemble, j’écrivais surtout les paroles et lui la musique. Mais au fil du temps, nous avons commencé à couvrir le territoire de l’autre”, explique Tankian. Il a ajouté que s’il encourageait la croissance artistique de Malakian, la réciprocité qu’il espérait n’était pas toujours au rendez-vous, ce qui a conduit à des divergences créatives sur la direction du groupe.

Dans le cadre de la promotion de ses mémoires Down With The System, publiés le 14 mai par Hachette Books, M. Tankian s’est efforcé de présenter une vision équilibrée de ces dynamiques internes, en éliminant le sensationnalisme souvent véhiculé par les médias.

Serj Tankian sur le podcast Soul Boom With Rainn Wilson :

Articles les plus récents
Articles les plus vus
Plus d'actus sur System Of A Down
L'actu Metal Alternatif