Alice Cooper : "Je crois que je n'ai jamais refusé un autographe ou une photo à qui que ce soit"

à 13 h 04 min
Lecture 3 min.
Alice Cooper a presque terminé son nouvel album

Le 29 mai, Alice Cooper était l’invité de l’émission Raise Your Horns With Lzzy Hale de We Are Hear, animée par Lzzy Hale de Halestorm.

En parlant de comment, malgré son succès, il reste humble et terre à terre, Alice a dit :

Je crois que je n’ai jamais refusé un autographe ou une photo à qui que ce soit – seulement parce que, pour moi, c’est un compliment, le fait que les gens veulent que je signe quelque chose. Je fais la différence entre les gens qui demandent un album signé et ceux qui en demandent sept pour les revendre. En général, je leur demande tout de suite : “Est-ce que vous soutenez votre famille ou vos enfants avec ça [financièrement] ?”. S’il me répond : “Oui “, je les signe.

Il a poursuivi :

Honnêtement, il faut laisser l’ego sur scène. Quand je sors en public, et quand Sheryl et moi nous retrouvons au centre commercial, quelle que soit la ville où nous sommes, j’ai une casquette de base-ball, des lunettes de soleil. Si quelqu’un me reconnaît, on prend une photo. J’ai toujours entendu : “Ne rencontrez jamais vos héros, car vous serez déçu”. Ce n’est pas du tout vrai. J’ai rencontré [Frank] Sinatra, Elvis [Presley], The Beatles – chacun d’eux, plus ils étaient grands, plus ils étaient gentils. Ils étaient toujours les plus sympas, parce qu’ils n’avaient pas à prouver quoi que ce soit.

Il a ajouté :

En réalité, il faut beaucoup d’énergie pour être un connard. C’est terrible de devoir vivre avec soi-même si on se balade en se disant : “Eh, je ne signerai rien”. Je me dis juste : “Allez !”. Ça arrive souvent chez les groupes montants – mais si vous prenez un type comme Johnny Depp, il est super gentil, super doux. Il s’assoit et parle à n’importe qui pendant deux heures sur un banc public. Quand vous voyez ce genre de personnes, vous réalisez que c’est ce que vous voulez être – vous voulez être grand et gentil en même temps. McCartney – c’est la personne la plus gentille que vous ayez jamais rencontrée dans votre vie. Les Rolling Stones – ce sont les personnes les plus gentilles que vous ayez jamais rencontrées. Et c’est génial. C’est ce à quoi vous devriez aspirer – c’est d’avoir une bonne réputation.

Tout récemment, Alice Cooper a terminé son nouvel album, Detroit Stories. Ce dernier, qui a été produit une fois de plus par Bob Ezrin, collaborateur de longue date d’Alice Cooper, présente des contributions de talents du Michigan tels que Wayne Kramer de MC5, Mark Farner de Grand Funk Railroad et Johnny “Bee” Badanjek de Mitch Ryder & The Detroit Wheels. Ils ont également fait appel aux Detroit Horns et à des chanteurs de Detroit pour s’occuper des backing vocals.

Alice Cooper, qui est né à Detroit sous le nom de Vincent Furnier et qui a déménagé à Phoenix pendant son enfance, a déclaré :

Tous les joueurs de Detroit, qu’ils soient Hard Rock, Punk ou autre, il y a un peu de R&B en eux, parce que c’est Detroit. C’est dans l’ADN.

Le musicien a ajouté qu’il n’y avait pas encore de date de sortie pour Detroit Stories.

Émission de We Are Hear avec Alice Cooper :

Source : Blabbermouth

Commentaires

Les publications ou les commentaires des utilisateurs ne reflètent pas les opinions de MetalZone, et aucun membre de l'équipe ne pourra être tenu responsable des propos des utilisateurs. Tout commentaire ne respectant pas la loi sera supprimé. Vous pouvez nous contacter pour signaler un commentaire abusif.