Metallica : “Nous avons sacrifié Jason pour nous sauver”

à 12 h 15 min
Lecture 5 min.
Metallica : “Nous avons sacrifié Jason pour nous sauver”
© Midori Tsukagoshi/Shinko Music/Getty Images)

Louder vient de publier une version éditée d’une interview qui a été publiée dans le numéro 56 de Classic Rock.

Metallica était dans une situation délicate au tournant du millénaire. C’est à cette époque que le batteur du groupe, Lars Ulrich, a remis en main propre une liste de 317 377 internautes qui avaient illégalement échangé des MP3 de Metallica via le populaire site de partage de fichiers Napster – faisant ainsi involontairement la guerre à ses propres fans.

Ils essayaient aussi, de diverses manières, de fonder une famille, de faire face à des dépendances et de régler des problèmes psychologiques non résolus liés à leur enfance, tout en travaillant dans un secteur où le syndrome de Peter Pan n’était pas tant l’exception que la norme.

Ayant mené le groupe au bord de l’extinction, c’est justement cet ensemble de circonstances qui a poussé James Hetfield de Metallica à chasser l’ancien bassiste du groupe, Jason Newsted (14 ans de carrière mais, selon le batteur Lars Ulrich, “il n’a jamais vraiment été accepté comme membre”).

Lars Ulrich a dit à Louder en 2003 :

Jason a été négligé. Et ce qui est ironique, c’est que le modèle de ce qui aurait été le Metallica parfait dans l’esprit de Jason est celui qui existe maintenant. C’est aussi un peu triste, car Jason est un bon gars et il a fait beaucoup d’efforts pendant de nombreuses années, et rétrospectivement, il n’a jamais vraiment été accepté dans le groupe. Puis, quand il a essayé d’aller ailleurs pour satisfaire ses besoins créatifs, on lui a dit – enfin, on lui a aboyé dessus – qu’il ne pouvait pas.

Jason Newsted, de plus en plus frustré par son statut de marginal et de non-collaborateur, s’efforçait de trouver un réconfort créatif ailleurs. Le problème était que James Hetfield n’aimait pas du tout cela. Lars Ulrich a expliqué :

C’est ce qu’on appelle des problèmes de contrôle. James a sa vision de la famille parfaite, et c’est presque une sorte de mafia : vous faites partie de la famille, et si vous sortez de la famille, vous trahissez la famille, et vous serez ostracisé. Et ce problème est au cœur de beaucoup de choses que nous avons essayé de régler ces deux dernières années. Jason a été pris dans le no man’s land. Il s’est donc en quelque sorte sacrifié – ou a dû être sacrifié – pour que nous puissions devenir ce que nous sommes maintenant. C’est donc ironique et vraiment triste. Pour moi, c’est incroyable que cela ait duré 14 ans, que Jason ait tenu le coup aussi longtemps.

Jason Newsted a finalement quitté le groupe en janvier 2001. C’est une décision qui, étonnamment, s’est avérée avoir des répercussions cruciales pour les membres restants de Metallica, en particulier James Hetfield. Ce dernier a déclaré :

Quand nous avons commencé à jouer de la musique après le départ de Jason, la musique n’était pas aussi bonne qu’elle aurait pu l’être. Nous avons commencé à écrire, et puis, à mesure que nous approfondissions nos connaissances et que nous cherchions à comprendre pourquoi Jason était parti, ce que cela signifiait pour nous, et tout cela, cela a commencé à susciter beaucoup d’émotions et à nous faire comprendre comment nous pouvions nous améliorer en tant qu’individus. J’ai donc pris la décision d’aller en cure de désintoxication.

À ce sujet, Lars Ulrich a ajouté :

Je pense qu’il y a un lien entre le fait que James Hetfield ait traité Jason comme ça, qu’il ait pris conscience de ses erreurs et qu’il soit allé en désintox. Pas nécessairement une corrélation évidente et directe, mais il y a certainement un lien quelque part. D’une manière subconsciente, quelque chose s’est passé.

Pendant l’absence de James Hetfield, Kirk Hammett et Lars Ulrich ont été laissés dans un état déstabilisant, incertains de la date, ou même du simple retour du frontman de Metallica. Lars Ulrich a admis que pendant les trois années difficiles qui ont suivi, il a nourri des soupçons selon lesquels “peut-être que la balade était terminée”, alors que Kirk Hammett envisageait sérieusement de faire autre chose. Le guitariste a déclaré :

Lars, Bob Rock et moi avions continué à nous réunir, juste pour garder la foi, maintenir l’élan et rester en contact. Tout s’écroulait autour de nous, mais nous avons senti que si nous tenions bon et que nous restions soudés, au moins nous avions cette relation. C’est comme si James avait eu du mal à traiter beaucoup de pensées et de sentiments qu’il avait, et le départ de Jason était l’un des sentiments qu’il avait du mal à traiter. C’était une énorme expérience d’apprentissage, et c’est quelque chose que Jason a mis en place pour nous tous. Il était l’agneau sacrificiel pour notre croissance spirituelle et mentale ainsi que pour notre croissance créative, et ça craint. C’est digne du moyen-âge.

Restez connectés à MetalZone sur Facebook