Rammstein : L’histoire derrière la chanson Du Hast

à 15 h 29 min
Lecture 7 min.
Rammstein : L’histoire derrière la chanson Du Hast
© Bernd Muller/Redferns

Louder vient de publier un article sur l’histoire qui se cache derrière la chanson Du Hast de Rammstein. Découvrez-en l’essentiel ci-dessous !

Vous ne savez peut-être pas ce que ces mots signifient, mais vous connaissez ces paroles : “Du. Du hast. Du hast mich”. Le single de 1997 de Rammstein est l’équivalent de Smells Like Teen Spirit de Nirvana : vous n’avez besoin de l’entendre qu’une fois pour vous en souvenir, mais vous êtes heureux de l’écouter régulièrement. C’est la chanson qui les a fait percer en Amérique du Nord, celle qui est restée un élément de base de leurs concerts quoi qu’il arrive, et celle qui fait le plus de chiffres sur Spotify.

Du Hast est ce qui a propulsé Rammstein dans les hautes sphères du Metal, les mettant en place pour des décennies de tournages pornographiques, d’autoflagellation, de pyrotechnie divine, de clips musicaux à faire éclater la rétine et de mépris général du goût.

Nés en 94 dans une Allemagne récemment réunifiée, les novices du Metal industriel avaient déjà connu un certain succès avec leur premier album, Herzeleid. Ils avaient commencé à faire des vagues en Europe continentale également, en grande partie grâce à l’ambitieux numéro du frontman Till Lindemann sur scène, qui consistait à porter un trench-coat en cotte de mailles et à y mettre le feu, et à cracher des flammes à peine à trois mètres au-dessus de la tête du public lors de festivals en plein air – vous voyez le genre.

C’était de la curiosité, et la nouvelle se répandait. Lost Highway de David Lynch, un film culte sorti sur le marché nord-américain en février 1997, mettait en vedette les chansons Heirate Mich et Rammstein, toutes deux tirées de Herzeleid. Ce n’est pas vraiment une surprise, étant donné que le frontman de Nine Inch Nails, qui est le messie du Metal industriel, Trent Reznor, avait assemblé la bande-son.

Ainsi, le deuxième album, Sehnsucht, s’est développé parallèlement à la réputation de Rammstein. Enregistré à la fin des années 96 à 97, il a été victime du même long processus démocratique pour lequel le groupe est maintenant tristement célèbre : ils écrivent une chanson, l’emmènent à Till, l’enregistrent, espionnent le producteur pendant le mixage, se chamaillent sur ce qui doit être changé, puis laissent le pauvre guitariste Paul Landers livrer une rafale de notes au producteur tout aussi malheureux, qui doit trouver un moyen de réconcilier six opinions très divergentes. C’est ce que Paul a dit, en tout cas. Le batteur Christoph “Doom” Schneider a déclaré que cette période était un peu moins démocratique, l’influence dominante du guitariste Richard Z. Kruspe menaçant de détruire le groupe. Christoph a déclaré à Metal Hammer en 2009 :

Richard a essayé de diriger le groupe, et cela a atteint un point où nous ne pouvions plus le supporter et nous avons presque rompu.

Ils ont dû faire quelque chose de bien, puisque Du Hast est sorti de ces sessions en pleine forme, en faisant face à la révolution du Nu Metal qui se déroulait à travers le monde ; des groupes comme Korn, Limp Bizkit et, ne l’oublions pas, Insane Clown Posse avaient capturé l’esprit du temps, l’avaient habillé en jeans baggy et l’avaient forcé à boire deux pintes de Faygo.

Du Hast s’est parfaitement intégré, car il ne ressemblait en rien à ces groupes. Son rythme de batterie martelant et militariste soutient une première partie qui rappelle le Just One Fix de Ministry, mais moins héroïque. La voix riche et grave de Till juxtapose les synthétiseurs de jeux vidéo de Christian “Flake” Lorenz sur les quatre minutes que dure la chanson.

C’est lourd. C’est accrocheur. Ça remplit les pistes de danse. Couplet, refrain, couplet, refrain ; on entre, on sort, c’est terminé. C’est une tuerie. C’est dans cette relative simplicité que Till cache sa dextérité de parolier, qui manque souvent aux anglophones.

La majeure partie de Du Hast est homophone. “Du hast” = “Tu as”. “Du hasst” = “Tu détestes”. Ils ont la même sonorité. C’est ambigu, tout comme le refrain, que vous avez sans doute massacré dans un abattoir de voyelles chaque fois que vous l’avez chanté : “Willst du bis der Tod uns scheidet, Treue sein für alle Tage”. Ce qui s’apparente à : “Veux-tu, jusqu’à ce que la mort vous sépare, lui être fidèle ?”. Ce sont des vœux de mariage, en gros. À l’époque, Richard avait dit :

En fait, cette chanson parle de loyauté. Nous voyons Rammstein comme une sorte de famille. Nous avons une forte conscience, un fort sens de la tradition dans ce groupe. Et pour moi, cette chanson est un peu comme cette promesse de foi que nous connaissons des mariages, qui a en quelque sorte été intégrée dans cette famille.

Écrite comme ci-dessus, cette ligne dans le refrain suggère quelque chose de très doux et nuptial. Mais ensuite, dans l’avant-dernier refrain, Till change de sujet : “Willst du bis zum Tod, der Scheide, Sie lieben auch in schlechten Tagen”. Selon l’endroit où vous appliquez l’accent à cette phrase, cela peut signifier : “Est-ce que tu la veux, jusqu’à ce que la mort vous sépare, et est-ce que tu l’aimeras aussi dans les mauvais jours ?”. Ou alors, cela peut signifier : “Est-ce que tu la veux, jusqu’à la mort du vagin, et est-ce que tu l’aimeras aussi pendant les mauvais jours ? Venant de l’homme qui, douze ans plus tard, a écrit une chanson avec le refrain suivant : “Tu as une chatte, j’ai une bite, alors quel est le problème, faisons-le vite”, nous parions sur une traduction plus fruitée.

La radio américaine s’est emparée du single pendant l’été 1997, qui a fait boule de neige et a été diffusé sur MTV. La vidéo emblématique a encouragé la chaîne à retirer un nouveau single des Smashing Pumpkins afin de faire passer Rammstein plus souvent. La nouveauté du son “r”, la façon dont le groupe a exploité ses qualités germaniques inhérentes et la vidéo délirante sont ce qui a attiré les gens. La musique est ce qui les a retenus.

Cette création de Rammstein, apparemment sans compromis, est en fait le seul moment où ils se sont remis en question. Bien que Till dise qu’écrire des chansons de Rammstein en anglais est “comme demander au Bouddha de tuer un cochon ou quelque chose comme ça”, certaines éditions japonaises, américaines et canadiennes de Sehnsucht contiennent des versions anglaises de Du Hast et de son autre single, Engel. Et c’est bizarre. Le flow, le charme et l’émotion sont perdus. Ces versions anglaises ne fonctionnent pas. Richard a déclaré à Metal Insider en 2018 :

Après l’avoir fait, nous écoutions la chanson, et tout d’un coup nous nous sommes rendu compte que rien ne fonctionnait plus.

Heureusement, la version originale a prévalu. Sehnsucht s’est hissé au Top 50 du Billboard américain – un exploit gargantuesque pour un album de Heavy Metal en langue allemande qui contient non seulement une ode à un “vagin mourant”, mais aussi une chanson sur la sodomie. Si l’on retire tous les artifices, Du Hast est toujours là, telle une excellente composition, marchant au rythme de sa propre batterie.

Rammstein – Du Hast :

Restez connectés à MetalZone sur Facebook