Toutes les nouvelles fonctionnalités sur MetalZone (et leur statut)

10 groupes que les fans adorent détester !

à 14 h 03 min
Lecture 9 min.
10 groupes que les fans adorent détester !
© Milan Risky, Shutterstock.com

Revolver vient de publier une liste composée des “10 groupes que les fans adorent détester”. Découvrez tous les groupes ci-dessous !

L’article est accompagné de l’introduction suivante : “S’il y a une chose que les fans de Metal aiment plus que le headbanging et le port du noir en été, c’est se disputer.”

“Naturellement, la musique la plus intense du monde suscite les réactions les plus intenses, qu’il s’agisse de personnes prêtes à mourir pour un sous-genre mais détestant absolument un autre, ou de ceux qui ont le premier album d’un groupe tatoué sur le corps mais sont prêts à se battre physiquement contre quiconque affirme que le nouvel album est meilleur.”

“Le Metal a été et sera toujours un phénomène controversé à part entière et, tout au long de son histoire, de nombreux groupes ont provoqué des remous considérables, même parmi les fans de musique sombre et lourde.”

“L’avènement des réseaux sociaux n’a fait qu’intensifier nombre de ces différends en créant une infrastructure universelle permettant d’exprimer des opinions tranchées. Dans cette optique, nous avons voulu revenir sur l’histoire du Metal et mettre en lumière 10 des groupes les plus controversés de tous les temps. Les aimez-vous ou les détestez-vous ?”

10 groupes que les fans adorent détester :

À lire aussi : Regardez Dave Grohl jouer de la batterie sur la chanson Smells Like Teen Spirit de Nirvana !

Avenged Sevenfold :

Avenged Sevenfold n’a jamais eu peur de prendre des virages stylistiques audacieux sur chaque nouvel album – ce qui a donné lieu à un public mixte de fans qui les suivent à chaque tournant et de ceux qui souhaitent ardemment qu’ils reviennent à une époque spécifique.

Après avoir commencé sa carrière comme l’un des principaux groupes de Metalcore du début des années 2000, Avenged Sevenfold a complètement abandonné les cris et les breakdowns pour passer au Speed Metal sur City Of Evil en 2005, tout en commençant à s’habiller comme un croisement entre Guns N’ Roses et Mötley Crüe.

Il s’agit d’une révision radicale de son son et de son esthétique, un thème récurrent pour le groupe qui passe du Thrash au Groove Metal et au Progressif, ce qui plaît à certains et rebute d’autres.

Babymetal :

En 2013, Babymetal a cassé l’internet avec Gimme Chocolate!!!, mélangeant des guitares de style Dragonforce avec la mignonnerie J-Pop. Le groupe a également divisé le monde du Metal en deux.

D’un côté, beaucoup se moquent de l’artifice évident, le groupe étant un produit de la machine à fabriquer des idoles japonaises. De l’autre, les fans et les musiciens de Metal – dont Metallica, Rob Zombie, Anthrax et Carcass – ont adoré l’approche purement bon enfant de Babymetal (“Ce sont de gentils enfants sur la route, en tournée”, a déclaré Rob Zombie, “qu’est-ce que tu fais à part être un vieux con grincheux ?”).

Mais la plus grande victoire de Babymetal sur les détracteurs est peut-être sa longévité. Ce qui aurait pu facilement être un one-hit wonder viral est toujours en pleine forme, après trois albums.

Black Veil Brides :

Il est presque désuet d’y penser maintenant, mais il y a tout juste dix ans, Black Veil Brides était l’un des groupes de Metal les plus controversés de la planète. Et ce n’était pas vraiment à propos de la musique.

Son premier album de 2010, We Stitch These Wounds, était aussi aimé que détesté, et était un Metalcore qui ne sonnait pas si différent d’autres groupes moins détestés comme Bullet For My Valentine et Atreyu, mais la mystification par Andy Biersack et ses camarades de la folie du Hair Metal des années 80 en a fait une cible facile pour les trolls de la toile qui ne cherchaient qu’une excuse pour s’en prendre à la jeune génération.

Bring Me The Horizon :

Bring Me The Horizon n’est jamais resté longtemps fidèle à un seul son, et tous ont été polarisants. Le groupe britannique s’est attiré ses premiers détracteurs lorsqu’il a contribué à la naissance du Deathcore, puis, lorsqu’il a pivoté vers le Metalcore artistique sur There Is A Hell… en 2010, il a énervé une bonne partie de ses fans.

L’album de Metal Alternatif de 2013, Sempiternal, a fait exploser le groupe au-delà des frontières du Metal, et de plus il a tengué de manière imprévisible entre Pop Rock et Pop Metal au cours de la dernière demi-décennie.

Bring Me The Horizon a perdu d’innombrables fans tout en gagnant de nombreux nouveaux venus impressionnés.

Brokencyde :

Brokencyde a sans doute suscité les réactions les plus extrêmes de tous les protagonistes de cette liste. Les pionniers du Crunk-Core du Nouveau-Mexique ont créé une concoction hurlante de Rap simple d’esprit, parsemée de hurlements douloureux et d’auto-tune, qui s’est attirée les foudres des forums Metal, des blogs impitoyables et même de véritables détracteurs qui venaient à ses concerts bondés pour essayer de se battre avec le groupe.

Comme Michael “Mikl” Shea, membre du groupe, l’a expliqué à Vice dans une rétrospective de 2020, Brokencyde a eu beaucoup de fans à l’époque de sa gloire et a même réussi à faire parler de lui dans la sphère des grands labels, mais sa réputation de punching-ball sur Internet a rendu difficile la recherche d’autres groupes avec qui tourner.

Cela dit, ses plus grandes chansons ont été vues plus fréquemment sur YouTube que la plupart de ses homologues de l’époque.

Deafheaven :

Vous auriez du mal à trouver un sous-genre du Heavy Metal qui soit plus soucieuse de la pureté musicale que le Black Metal. Par conséquent, lorsque Deafheaven a fusionné des blast beats et des cris torturés avec des textures Shoegaze chatoyantes et des déferlements Post-Rock sur son album Sunbather de 2013 – il est rapidement devenu le groupe de Metal préféré de tous les hipsters – il y a eu aussi une avalanche de fans qui se sont tellement énervés que la peinture de leurs cadavres a commencé à couler.

La poussière semblait être retombée au moment où Deafheaven a sorti son album de 2018, Ordinary Corrupt Human Love, mais plus tôt cette année, il a contrarié sa propre fanbase en abandonnant complètement le Black Metal et en se lançant complètement dans le Shoegaze avec des voix claires.

Falling In Reverse :

Musicalement, le mélange de théâtralité, de voix nasillardes, de Emo-rap et de fioritures Metalcore de Falling In Reverse est juste assez spécifique pour soit vous rendre fou, soit vous donner tout ce que vous voulez entendre dans un seul groupe.

En plus de cela, il est impossible de séparer le son du groupe de son frontman, Ronnie Radke, qui ajoute sa personnalité turbulente explicitement dans les paroles en utilisant ses chansons pour faire référence à des querelles sur Twitter, s’adresser à des haters anonymes, parler à la troisième personne et évoquer l’époque la plus sombre de son héros Eminem en se qualifiant de Dieu de la scène musicale.

Certaines personnes sont magnétisées par ce genre de suffisance, d’autres sont physiquement repoussées.

Ghost :

Regardons les choses en face : Ghost est un groupe dont il est facile de se moquer. Le groupe est caricatural et sa musique peut tendre vers le Soft Rock, voire la Pop, et se prête à des moqueries toutes faites, notamment des comparaisons hilarantes et pertinentes avec la musique de Scooby Doo.

Si l’on ajoute à cela que le groupe occulte de Tobias Forge est devenu très populaire, qu’il a remporté un Grammy [Awards] et qu’il remplit des arènes de fans costumés, il constitue une cible évidente pour les gardiens du Heavy Metal. Mais avec Satan de son côté – sans parler de grands défenseurs comme Metallica et Iron Maiden – Tobias Forge n’en a sûrement cure.

Limp Bizkit :

Lorsque le Nu Metal a explosé à la fin des années 90, il a instantanément divisé les fans de Metal, qui ont adoré cette nouvelle version de la lourdeur infusée dans le Hip-hop ou qui l’ont détestée pour ses pantalons larges, ses voix rappées, l’absence de solos de guitare et ses rayures platines, entre autres griefs.

Fred Durst, de Limp Bizkit, était la figure de proue de la scène, et pour beaucoup, le Frat Boy à la tête du Nu Metal était l’ennemi public numéro un.

Plus de 20 ans après l’apogée de Nookie, le groupe continue de diviser : S’agit-il d’un adorable retour en arrière qui apporte des “Dad Vibes” ou d’un dinosaure du Rock qui a largement dépassé sa date de péremption ?

Metallica :

C’est le plus grand groupe de Metal, alors bien sûr, c’est aussi l’un des plus détestés du genre. Les dix premières années et les quatre premiers albums de Metallica étaient pratiquement inarrêtables, mais avec le changement de style et le succès commercial retentissant du Black Album de 1991, les choses ont changé à jamais.

Metallica est devenu un mastodonte, et au cours des 30 années suivantes, il a fait des choses de superstar : couper ses cheveux, mettre de l’eye-liner et des manteaux de fourrure, se battre avec Napster, engager un thérapeute à 40 000 dollars par mois pour garder le groupe soudé, collaborer avec des groupes, des stars de la Pop et Lou Reed, et la liste est longue.

Est-ce que Metallica est vraiment nul ? Ou va-t-il régner à jamais, quoi qu’il arrive ? La réponse sera peut-être apportée lorsque le groupe donnera un concert secret dans une petite salle – tout le monde voudra un billet.

Commentaires

Les publications ou les commentaires des utilisateurs ne reflètent pas les opinions de MetalZone, et aucun membre de l'équipe ne pourra être tenu responsable des propos des utilisateurs. Tout commentaire ne respectant pas la loi sera supprimé. Vous pouvez nous contacter pour signaler un commentaire abusif.

Tags : Heavy Metal
Source : revolvermag.com