Lars Ulrich de Metallica réagit aux critiques sur son jeu de batterie : "Je n'ai plus rien à prouver"

à 10 h 31 min
Lecture 3 min.
Lars Ulrich de Metallica réagit aux critiques sur son jeu de batterie : "Je n'ai plus rien à prouver"

Lars Ulrich, de Metallica, dit qu’il n’est plus gêné par les critiques des gens sur ses capacités de batteur.

Lars Ulrich ne lit plus les commentaires

S’adressant au magazine du fan-club de Metallica, So What!, le musicien d’origine danoise a déclaré :

Contrairement à il y a quelques années, je ne lis plus les interviews que font les autres gars [de Metallica]. Il y a 20 ou 30 ans, nous lisions tous chaque page de Kerrang! et chaque page du magazine Circus, pour voir ce que disait untel ou untel et ce que les autres membres du groupe disaient, ce que James [Hetfield, guitariste/chanteur de Metallica] disait à propos de ceci et de cela. Maintenant, je ne fais plus tout cela. Je ne lis pas non plus ce que les gens disent de Metallica.

Il a poursuivi :

Je dirai qu’occasionnellement, une fois tous les six mois ou quelque chose comme ça, c’est assez amusant de passer par la section “trolling” juste à cause du ridicule de tout cela, mais ce n’est plus quelque chose que je fais régulièrement. Il y a 20 ans, cela aurait été : “Oh, mon Dieu, quelqu’un a dit quelque chose de mal”, ou “Cette personne a publié un message désagréable dans la section des commentaires”, ou autre chose. Maintenant, rien de tout cela ne signifie vraiment quelque chose pour moi.

À lire aussi : Epica publie un nouveau single, Freedom - The Wolves Within

Lars Ulrich n’a plus rien à prouver

Lorsque l’interviewer Steffan Chirazi a déclaré qu’il trouvait “vraiment pathétique” de voir des gens parler encore de l’affaire Napster de nos jours, Lars Ulrich a répondu :

C’est fini pour moi, je suis littéralement immunisé contre ça. Nous venons de faire un tas d’interviews, et parfois, quand je suis interviewé par un journaliste qui est aussi un fan, il me dit : “Quand les gens disent que vous êtes un batteur de merde, je vous défends”. Ce qui est cool, mais je dois vous dire que 20 ans plus tard, 30 ans plus tard, ça ne colle plus. Je suis tellement à l’aise avec qui je suis, je suis tellement à l’aise avec ce qu’est Metallica, je suis tellement à l’aise avec notre place dans tout ça… J’ai une femme incroyable, trois enfants géniaux, mon père et [sa partenaire] Molly, des amis incroyables et beaucoup de connaissances sympas. Tout va bien. Je n’ai plus rien à prouver, donc ça ne me touche plus.

En 2016, Lars Ulrich, qui s’est fait beaucoup critiquer au fil des ans par des personnes qui l’accusaient d’être un mauvais batteur, a raconté au podcast Talk Is Jericho qu’il avait traversé une période au milieu des années 80 “qui a probablement culminé avec l’album Justice, où il s’est senti en quelque sorte obligé d’essayer de montrer ses capacités”. Selon Lars, l’insécurité qu’il ressentait par rapport à ses capacités pourrait s’expliquer en partie par la concurrence accrue de certains de ses pairs à l’époque.

Source : blabbermouth.net