Mike Patton de Faith No More à propos de son futur retour sur scène : "J'ai peur de moi-même"

à 14 h 27 min
Lecture 5 min.
Dead Cross sort Heart Reformer, le deuxième extrait de son nouvel album II
Solar Guitars: Guitares 100% Metal!

Le 28 octobre, Dead Cross – le supergroupe de hardcore composé de Mike Patton, Dave Lombardo, Justin Pearson et Mike Crain – sortira son deuxième album tant attendu, II.

Ce sera la première sortie de Patton depuis qu’il a été fragilisé par des problèmes de santé mentale au cours de la pandémie, ce qui l’a amené à annuler les dates de la tournée de Faith No More et Mr. Bungle en 2021.

Le chanteur s’est ouvert pour la première fois sur ses difficultés dans une interview accordée à Rolling Stone en juillet. À présent, dans un nouvel entretien avec The Guardian, Patton parle davantage de ses combats contre la dépression et l’alcoolisme, et aborde avec excitation et inquiétude son retour sur scène prévu lors de la tournée de Mr. Bungle en Amérique du Sud en décembre.

Il explique : “Je me suis tellement isolé qu’il m’était difficile de simplement mettre le nez dehors, et c’est vraiment affreux. L’idée de faire des concerts avec Faith No More – c’était stressant. Cela m’a affecté mentalement. Je ne sais pas trop pourquoi, mais je me suis mis à boire beaucoup…”

Le chanteur ajoute qu’il est sobre “depuis un moment maintenant” et qu’il “s’en sort plutôt bien”. Il souligne qu’il est enthousiaste à l’idée de reprendre la route avec Mr. Bungle, mais qu’il a “aussi peur”.

Lorsqu’on lui demande de quoi il a peur, Patton répond de manière quelque peu énigmatique : “J’ai peur de moi-même. Le groupe est solide comme un roc et je veux m’assurer de donner le meilleur de moi-même. Il y a des problèmes qui persistent. Et je ne suis pas sûr de vouloir en parler.”

En juillet dernier, Patton a révélé à Rolling Stone qu’il avait souffert d’agoraphobie pendant la pandémie, un trouble de l’anxiété qui laisse souvent les personnes concernées confinées chez elles.

Lorsqu’on lui a demandé dans quel état il se trouvait après la pandémie, il a répondu : “C’est toujours d’actualité, mais c’est mieux… C’est facile de mettre ça sur le dos de la pandémie… mais je vais être honnête : Au début de la pandémie, je me disais : ‘C’est putain de génial. Je peux rester à la maison et enregistrer’. J’ai un home studio. Alors je me suis dit : ‘Ouais, où est le problème ?’. Et puis il y a eu un déclic, et je suis devenu complètement reclus, presque asocial et j’avais peur des gens.”

“Cette sorte d’anxiété, ou quel que soit le nom que vous voulez lui donner, a conduit à d’autres problèmes, dont je ne veux pas parler. Mais des professionnels m’ont aidé, et maintenant je me sens mieux et je suis sur le point de replonger dans la vie. Vers la fin de l’année, je ferai mes premiers shows depuis environ deux ans, ce qui est ma plus longue interruption depuis que j’ai commencé à faire ce métier.”

Interrogé sur les autres problèmes qu’il a mentionnés, notamment l’usage de substances, il a répondu : “C’était un peu de tout. Mais c’était surtout mental. J’ai vu des thérapeutes et tout ça, et c’est la première fois que j’ai eu à faire ça dans ma vie. Ils m’ont diagnostiqué une agoraphobie, c’est-à-dire que j’avais peur des gens. J’étais effrayé par la présence des gens. C’est peut-être parce que j’ai passé deux ans enfermé pendant le coronavirus. Je ne sais pas. Peut-être que ça a renforcé des sentiments que j’avais déjà. Mais le fait de le savoir, d’en parler, ça m’a vraiment aidé. Et on verra comment ça se passe en décembre.”

Parlant du moment où il a réalisé qu’il avait un problème, il a déclaré : “C’était au moment où Faith No More allait reprendre la route. C’est à ce moment-là que j’ai perdu les pédales, et ce n’était pas beau à voir. Quelques jours avant de devoir partir en tournée, j’ai dit aux gars : ‘Hé, je ne pense pas que je puisse le faire’. D’une certaine manière, ma confiance était brisée. Je ne voulais pas être devant des gens, ce qui est bizarre car j’ai passé la moitié de ma vie à faire ça.”

“C’était très difficile à expliquer. Et il y avait des tensions entre les deux parties, mais c’est ce que je devais faire. Parce que sinon, quelque chose de vraiment mauvais aurait pu se produire.”

Il a ajouté : “C’était juste avant notre première répétition, j’ai craqué. J’ai juste dit : ‘Je ne peux pas le faire’. Ils avaient commencé à répéter, donc si j’étais eux, je serais vraiment énervé contre moi. Et ils l’étaient. Et ils le sont probablement encore. Mais il faut être honnête avec soi-même et connaître ses limites.”

-20% sur Guitar Pro avec le code: MZ2O -20% sur Guitar Pro avec le code: MZ2O
Articles les plus récents
-20% sur Guitar Pro avec le code: MZ2O
Articles les plus vus
Les dernières reviews
Lovedrive

Scorpions
Lovedrive

Par Lemmy Halford03, le 04/12/2022
album-countdown-to-extinction

Megadeth
Countdown To Extinction

Par TonyOsbourne13, le 26/11/2022
Shockwave

Dead City Ruins
Shockwave

Par Kingeddie, le 24/11/2022
Plus d'actus sur Dead Cross
L'actu Metalcore