Lars Ulrich de Metallica dit que la période Bon Scott de AC/DC était “la définition de la Rock ‘N’ Roll attitude”

à 11 h 24 min
Lecture 2 min.
Lars Ulrich de Metallica dit que la période Bon Scott de AC/DC était “la définition de la Rock ‘N’ Roll attitude”
© C. Brandon (Getty Images)

Lars Ulrich, le batteur de Metallica, a fait l’éloge de la période Bon Scott de AC/DC, déclarant que l’énergie des légendes du Hard Rock sur scène était “folle”.

Lars Ulrich a parlé de son amour pour Angus Young et sa troupe lors de sa participation au segment My Fantasy Festival du Guardian, où il a été encouragé à sélectionner quelques artistes qu’il inviterait à se produire lors d’un événement qu’il organiserait s’il pouvait faire ce qu’il voulait. Il a dit :

J’ai vu AC/DC avec Bon Scott quatre fois, en première partie de Black Sabbath et Rainbow, puis je les ai vus jouer leurs propres concerts à Copenhague en 1977 et à San Francisco en 1979, au début de mon adolescence. L’énergie était folle : Angus se pavanant sur scène, tous les solos de guitare, la sueur, les cheveux, Bon Scott sans chemise, en jeans moulants – c’était le frontman le plus cool de tous les temps. Pour moi, la définition de la Rock ‘N’ Roll attitude, c’est AC/DC dans ces années là.

Parmi les autres choix de Lars pour le “festival de ses rêves”, on peut citer Deep Purple “avec le line-up Gillan, Glover, Blackmore de 1971 à 1973”, Rage Against The Machine, Oasis “à leur apogée”, Guns N’ Roses “quand ils étaient à fond”, et la version de la fin des années 70 de Bob Marley & The Wailers.

En 2017, Lars avait dit à la station de radio 98 Rock de Baltimore qu’il choisirait Phil Rudd, le batteur de AC/DC, pour prendre la relève de Metallica s’il n’était plus en mesure de jouer de la batterie dans le groupe.

Il a probablement été ma plus grande source d’inspiration quand nous nous sommes éloignés des trucs super-progressifs, au moment où nous nous sommes lancés dans le Black Album et les trucs comme Load, plus basés autour des riffs, de la sensation, du groove et tout ça. Phil Rudd, c’est le sommet de ce style. Entendre Phil Rudd jouer derrière James [Hetfield], ce serait plutôt cool.

Restez connectés à MetalZone sur Facebook