Lars Ulrich de Metallica : Phil Towle, le thérapeute de Some Kind of Monster, "a sauvé le groupe"

à 10 h 51 min
Lecture 2 min.
Lars Ulrich de Metallica : Phil Towle, le thérapeute de Some Kind of Monster, "a sauvé le groupe"
© Stephen J. Boitano (Getty) / YouTube : metallivideo

Lars Ulrich, de Metallica, a récemment défendu Phil Towle, le thérapeute qui a servi de médiateur entre les membres du groupe de Metal dans le documentaire de 2004, Some Kind of Monster.

Phil Towle a sauvé Metallica

En fait, le batteur a même dit qu’il avait sauvé le groupe. Les fans de Metallica qui ont vu le film n’ont probablement pas oublié le rôle intrusif mais finalement utile de M. Towle.

Dans le film, en pleine tourmente interne, la direction du groupe fait appel au thérapeute en tant que pacificateur grâce à son expérience de “coach d’amélioration des performances”. Cependant, la présence de M. Towle est également à l’origine de certains moments surprenants dans le documentaire. L’artiste Phoebe Bridgers en a parlé avec Lars Ulrich lors d’une interview pour Rolling Stone le 20 novembre dernier. Elle a déclaré :

L’une des choses les plus folles que j’ai jamais vues est dans le documentaire de Metallica [Some Kind of Monster], où votre thérapeute [Phil Towle] se glisse dans les paroles [et les suggère]. Je me suis dit : “Oh, mon Dieu”.

Bien que cela puisse ressembler à un scénario cauchemardesque probable entre des musiciens de Metal/Rock établis et leur conseiller, Lars Ulrich a défendu les méthodes de M. Towle et a expliqué la situation qui les a menés à lui. Lars a dit :

C’était une période très transitoire et expérimentale. Nous étions un groupe depuis 20 ans, et nous avons réalisé que nous n’avions jamais eu une seule conversation sur ce que nous ressentions, sur ce que le fait d’être dans Metallica faisait à tout le monde. C’était juste une putain de machine. Et puis [James] Hetfield a dû partir et régler certains de ses problèmes [d’addiction], et cela a ouvert toute cette affaire.

Le batteur a continué :

C’était une période difficile avec Phil. Et aussi facile que ce soit de se moquer de lui, chaque fois qu’on me pose une question à ce sujet maintenant, je me retrouve à le défendre. Il a sauvé ce putain de groupe. Je ne pense pas que toi et moi serions assis ici à parler sans lui.

À lire aussi : Jesse Cash de Erra : "J'aimerais bien que plus de gens lisent"

Interview de Lars Ulrich avec Phoebe Bridgers pour Rolling Stone :

Source : loudwire.com