Roger Waters (Pink Floyd) : "Ma récente performance à Berlin a attiré des attaques de mauvaise foi de la part de ceux qui veulent me salir et me faire taire"

à 14 h 20 min
Lecture 4 min.
Roger Waters de Pink Floyd s'exprime sur John Lennon et déclare que l'icône des Beatles s'est montrée "plutôt arrogante" lors de leur rencontre
© A.PAES / Shutterstock.com

Suite au lancement d’une enquête par la police allemande sur la performance de Roger Waters à Berlin, l’ancien frontman de Pink Floyd a publié une déclaration sur les réseaux sociaux, indiquant qu’il est la cible d'”attaques de mauvaise foi”. 

Le message intitulé “Déclaration de Roger Waters sur la controverse suscitée par son concert à Berlin” indique : “Ma récente performance à Berlin a attiré des attaques de mauvaise foi de la part de ceux qui veulent me salir et me faire taire parce qu’ils ne sont pas d’accord avec mes opinions politiques et mes principes moraux.”

“Les éléments de ma performance qui ont été remis en question sont très clairement une déclaration d’opposition au fascisme, à l’injustice et au sectarisme sous toutes ses formes. Les tentatives visant à faire passer ces éléments pour autre chose sont fallacieuses et motivées par des considérations politiques. La représentation d’un démagogue fasciste déséquilibré fait partie de mes shows depuis The Wall de Pink Floyd en 1980.”

“J’ai passé toute ma vie à dénoncer l’autoritarisme et l’oppression partout où je les vois. Lorsque j’étais enfant, après la guerre, le nom d’Anne Frank était souvent prononcé dans notre maison, elle est devenue un rappel permanent de ce qui se passe lorsque le fascisme n’est pas contrôlé. Mes parents ont combattu les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale, et mon père a payé le prix ultime.”

“Quelles que soient les conséquences des attaques dont je fais l’objet, je continuerai à condamner l’injustice et tous ceux qui la perpètrent.”

Pour rappel, le concert en question a eu lieu le 17 mai à la Mercedes-Benz Arena. Waters, qui est devenu un catalyseur de controverses en raison de son opposition déclarée à Israël, portait un uniforme de type SS lors de sa performance de In The Flesh. Sa tenue comprenait une longue veste en cuir, des gants et un brassard rouge d’inspiration nazie, qui comportait un symbole de marteaux croisés plutôt qu’une croix gammée.

Waters jouait apparemment le rôle de Pink, personnage de l’album conceptuel et du film The Wall (1979). Le personnage souffre d’hallucinations alimentées par la drogue qui le poussent à incarner un leader fasciste.

Pendant que Waters jouait, un cochon gonflable, orné de graffitis dont une étoile de David, flottait au-dessus du public. Sur des écrans géants, les noms de célèbres victimes de persécutions ont été affichés, dont celui d’Anne Frank.

Il est illégal d’évoquer l’imagerie, les symboles et les gestes nazis en Allemagne, et la performance de Waters a conduit le rocker à faire l’objet d’une enquête.

Le chef de la police de Berlin, Martin Halweg, a indiqué (via le Jerusalem Post) : “Le département de la sécurité de l’État de l’Office de la police criminelle de Berlin a entamé une procédure d’enquête criminelle concernant le soupçon d’incitation à la haine populaire. Les vêtements portés [par Waters] sont susceptibles d’approuver, de glorifier ou de justifier la domination violente et arbitraire du régime nazi d’une manière qui porte atteinte à la dignité des victimes et perturbe ainsi la paix publique. Après la conclusion de l’enquête, l’affaire sera transmise au bureau du procureur de Berlin pour une évaluation juridique.”

Au début de l’année, Waters a suscité la controverse en Allemagne sans même avoir mis les pieds dans le pays. La ville de Francfort a annulé le concert prévu de Waters, affirmant que le rocker de Pink Floyd était “l’un des antisémites les plus connus au monde”. Waters s’est battu contre cette décision et a finalement été autorisé à se produire à Francfort. Ce concert est prévu pour le 28 mai.

Il est intéressant de noter que Waters n’est pas la première grande star du Rock à faire l’objet d’un examen minutieux de la part des autorités allemandes en raison de son imagerie liée aux nazis. Le célèbre logo de Kiss a été interdit dans le pays parce que ses deux “s” – stylisés pour ressembler à des éclairs – faisaient penser aux SS.

Post de Roger Waters :

Articles les plus récents
Articles les plus vus
Plus d'actus sur Pink Floyd
L'actu Rock