Tentez de gagner un exemplaire de SM2 de Metallica !

Korn : 5 révélations sur l'album Untouchables

à 17 h 31 min
Lecture 8 min.
© Korn

Untouchables est largement considéré comme l’un des albums les plus inattendus de Korn.

Sorti le 11 juin 2002, le cinquième album du groupe de Nu Metal a honoré le statut de Korn en tant que champion en titre de la musique extrême, mais il n’a pas eu l’impact explosif de Follow The Leader (1998) et Issues (1999), qui ont tous deux atteint la première place du Billboard Top 200 et ont donné naissance à des tubes comme Freak On A Leash et Falling Away From Me respectivement.

En raison du règne incontesté d’Eminem au sommet des charts avec The Eminem Show, Untouchables plafonne à la deuxième place du top 200, et il ne parvient pas non plus à produire un autre single titanesque. Malgré la légère déception commerciale et sa position plutôt variable parmi les opus préférés du groupe, de nombreux fans inconditionnels considèrent l’album comme la plus grande réussite de Korn, citant son écriture avancée, sa production nette et le lyrisme mature de Jonathan Davis comme faisant partie de l’œuvre la plus, ahem, intouchable du groupe.

Des titres phares comme Here To Stay et Blame sont des classiques de Korn, mais au fur et à mesure que l’album se dévoile, il devient clair que le groupe ne se contente pas de reprendre le son maniaque et furieux qu’il a perfectionné dans les années 90.

Hollow Life présente des synthétiseurs éthérés, une mélodie de glockenspiel de bon goût et des falsettos de Jonathan Davis (chant) chargés d’émotion. Hating se vante d’une accroche glorieuse avec un effet de guitare hypnotique qui porte une harmonie mélodieuse. Quant à Alone I Break, il contient une ligne de synthétiseur douce et lunatique, des grattements de guitare acoustique et un pré-refrain criard que l’on peut raisonnablement qualifier de magnifique.

Il s’agit de certains des morceaux les plus musicalement complexes et les mieux construits de la discographie du groupe, qui contrastent fortement avec l’intensité brute de ses premiers albums. Pour une raison quelconque, les merveilles cachées de Untouchables restent encore méconnues. Revolver a donc pris le temps de creuser dans l’exécution sauvage et démesurée de l’album pour fournir le contexte nécessaire et redorer le blason de cet opus.

1. C’est l’album de Korn préféré de Jonathan Davis.

Il n’est pas rare que les artistes soient particulièrement fiers de leurs albums les plus polarisants, et c’est ce que Jonathan Davis ressent à propos de Untouchables. En 2018, le frontman a révélé à Shane Told [chant, Silverstein] sur le podcast Lead Singer Syndrome qu’il avait une affinité particulière pour l’opus de 2002.

Jonathan Davis a déclaré :

Nous avons passé deux ans et demi à travailler avec un producteur incroyable, Michael Beinhorn, à enregistrer dans différents studios. Cet album est parfait. Je l’appelle le Aja [l’album de Steely Dan de 1977] Heavy Metal. C’est juste irréel à quel point [Untouchables] sonne bien et combien d’heures de travail nous y avons mis.

À lire aussi : Mark Hoppus, de Blink-182, à propos de sa chimiothérapie : "Elle fonctionne, c'est la meilleure nouvelle possible !"

2. Il a coûté 4 millions de dollars.

Untouchables n’est pas l’album de Korn le mieux classé ou le plus vendu, mais il est de loin le plus cher. Comme l’a déclaré le bassiste Reginald “Fieldy” Arvizu à Kerrang! un mois avant la sortie de l’album, le groupe a dépensé 4 millions de dollars pendant le processus de création. La majeure partie de cet argent a été dépensée pour loger l’équipe et financer le style de vie somptueux de rock star du groupe, mais l’enregistrement lui-même a coûté 700 000 dollars. Cela représente plus d’un million de dollars aujourd’hui, en tenant compte de l’inflation.

Fieldy a déclaré :

Nous avons déménagé à Phoenix et loué cinq maisons à 10 000 dollars chacune pendant quatre mois. Nous sommes venus à L.A. et avons loué cinq autres maisons pour 10 000 dollars chacune pendant quatre autres mois. Nous sommes allés au Canada et nous avons loué une maison pour 8 000 dollars. C’est pour une semaine, pas pour un mois.

3. Fieldy a fait signer des décharges à ses invités lors des fêtes folles qu’il a organisées pendant l’enregistrement.

Il est bien connu que Jonathan Davis s’est livré à une frénésie d’alcool défiant la mort pendant l’enregistrement de Follow The Leader en 1998, qu’il a heureusement arrêtée à la fin de la décennie. Cependant, Fieldy a entretenu la flamme hédoniste. Dans cette même interview à Kerrang!, le bassiste a admis qu’il buvait beaucoup tous les soirs lorsque le groupe était à Phoenix. “Je ne suis pas resté à la maison une seule fois”, a-t-il déclaré. “Tous les jours, je venais écrire avec une gueule de bois et je vomissais.”

L’enfant sauvage du groupe est allé encore plus loin lorsqu’il a commencé à organiser des fêtes – et à les filmer – dans la maison qu’il louait, qui sont devenues si chaotiques qu’il a commencé à demander aux invités de signer une décharge avant de pouvoir franchir la porte. “Une fille est entrée, elle était sur la barre [de strip-tease], elle a volé, a heurté la cheminée et s’est ouvert un œil. C’est là que je me suis dit qu’il fallait faire signer des décharges.”

Fieldy a conclu :

Quand vous avez une barre de striptease dans votre salon, les gens vont certainement se blesser. La moitié d’entre eux ne sont même pas des stripteaseurs, ils veulent juste essayer parce qu’ils sont tous ivres. Une fille est montée, a essayé de s’accrocher et est tombée – bam ! – elle s’est cognée la tête.

4. Le producteur Michael Beinhorn avait du mal à garder le groupe concentré.

Compte tenu de ce que nous savons maintenant du mode de vie du groupe en dehors du studio, il n’est pas surprenant d’apprendre que le producteur de l’album, Michael Beinhorn, a eu du mal à garder les membres de Korn concentrés en studio. Dans une interview de 2019 sur le podcast BREWtally Speaking, le célèbre producteur (qui a également enregistré des albums avec Red Hot Chili Peppers, Soundgarden et Hole) a déclaré que Korn est “extrêmement talentueux, mais il est aussi le cas le plus incroyable de TDAH collectif [trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité] qu’il ait jamais vu”.

Michael Beinhorn a conclu :

C’était l’un des plus grands groupes du monde. Les membres de Korn pouvaient avoir tout ce qu’ils voulaient. Ils pouvaient dépenser autant d’argent qu’ils le voulaient. Ils avaient accès à tout ce qu’ils pouvaient imaginer ou penser avoir besoin à ce moment-là. Je pense donc qu’on s’est plutôt bien occupé d’eux. Donc si nous voulions obtenir quelque chose d’extraordinaire d’eux, cela allait demander beaucoup d’efforts. Mais, heureusement, ils se sont donnés à cent pour cent. Donc je pense que ça s’est arrangé tout seul.

5. L’album a fait l’objet d’une fuite en ligne avec une liste de titres différente.

Aujourd’hui, à l’ère du streaming, il est difficile d’imaginer qu’une fuite d’album ait un effet sérieusement préjudiciable sur le plan de déploiement d’un label, mais au début des années 2000, ce genre de chose était une grosse affaire. Comme beaucoup d’albums de l’époque, Untouchables est apparu sur des sites de partage de fichiers plusieurs mois avant sa date de sortie, provoquant une vive émotion au siège de Korn. Le groupe a affirmé que les chansons avaient été piratées et volées sur l’ordinateur portable du guitariste James “Munky” Shaffer, et Jonathan Davis a plus tard attribué la baisse des ventes de l’album par rapport aux albums précédents à cette fuite en ligne.

Il est intéressant de noter que la version de Untouchables qui a fait l’objet d’une fuite présente un ordre des pistes différent de celui de la version officielle, et que presque toutes les chansons ont été intitulées différemment. Notamment, le morceau d’ouverture Here to Stay a été déplacé en septième position dans la liste des morceaux, et le morceau de clôture, No One’s There, a été déplacé en dixième position. La plupart des autres chansons apparaissent dans un ordre radicalement différent de celui de la version CD. À ce jour, certains fans affirment que l’ordre qui a fuité est meilleur que l’ordre réel.

Korn – Here To Stay :

Korn – Hollow Life :

Korn – Thoughtless :

Korn – Alone I Break :

Commentaires

Les publications ou les commentaires des utilisateurs ne reflètent pas les opinions de MetalZone, et aucun membre de l'équipe ne pourra être tenu responsable des propos des utilisateurs. Tout commentaire ne respectant pas la loi sera supprimé. Vous pouvez nous contacter pour signaler un commentaire abusif.

Tags : Nu Metal Korn
Source : revolvermag.com
Articles les plus récents
Articles les plus vus
Les dernières reviews

Atreyu
Baptize

Par Tetralens, le 02/07/2021

Light The Torch
You Will Be The Death Of Me

Par Tetralens, le 29/06/2021

Born Of Osiris
Angel Or Alien

Par Adrien, le 25/06/2021
Plus d'actus sur Korn
L'actu Nu Metal