Linkin Park : Connaissez-vous toutes ces anecdotes sur Hybrid Theory ?

à 15 h 09 min
Lecture 7 min.
Linkin Park : Connaissez-vous toutes ces anecdotes sur Hybrid Theory ?
© Linkin Park

Ça y est, le premier album de Linkin Park, Hybrid Theory, a officiellement fêté ses 20 ans. Nous avons compilé un certain nombre d’anecdotes sur l’opus pour vous. (Re)Découvrez-les ci-dessous !

Au départ, Linkin Park s’appelait Hybrid Theory

Avant de rencontrer Chester Bennington, Mike Shinoda était dans un groupe nommé Xero. Après quelques changements de line-up, et l’arrivée de Chester en tant que frontman, le groupe a changé son nom en Hybrid Theory, afin de décrire son univers sonore fusionnant divers styles musicaux. Cependant, à cause d’un autre groupe, nommé Hybrid, Hybrid Theory a été changé en Linkin Park. Finalement, le groupe a gardé le nom pour son premier album.

D’ailleurs, au départ, Linkin Park a enregistré quelques chansons que Mike Shinoda avait écrites avec divers collaborateurs, et l’album était juste censé être une démo. Bien que certaines des pistes aient été renommées, la majorité des chansons de la démo ont fini sur l’album, à l’exception de Carousel et de Part Of Me.

Linkin Park : Connaissez-vous toutes ces anecdotes sur Hybrid Theory ?
© Linkin Park

À lire aussi : Il y a 17 ans, Korn sortait Take a Look in the Mirror

Linkin Park s’est battu pour faire ses preuves

Une fois la démo terminée, le groupe a joué plus de 40 fois devant des représentants de divers labels. Dans une interview pour Metal Hammer, Chester Bennington a expliqué :

Nous avons continué à pousser. La plupart des groupes essaient probablement devant trois labels, se font rejeter et abandonnent. On a joué devant plus de 40 labels, mais notre attitude était : “Ces types sont vraiment stupides s’ils ne voient pas notre potentiel”. Nous savions ce que nous valions et nous n’en avons jamais douté.

Le groupe a connu des temps tumultueux dès le départ

Pendant les sessions d’enregistrement, Warner Bros. a essayé de se débarrasser de Mike Shinoda. Les représentants du label ont organisé une réunion privée avec Chester Bennington pour essayer de le persuader de mettre son co-vocaliste à la porte. Chester Bennington a déclaré à Metal Hammer :

Ils voulaient un putain de rappeur new-yorkais que personne ne connaissait sur l’album. J’avais envie de les frapper. Ils ne voyaient pas la chance qu’ils avaient de nous avoir sous la main. Mike est l’un des compositeurs les plus productifs de notre époque, à mon avis. Dieu sait combien de tubes numéro 1 nous avons eu. S’il n’avait pas été dans le groupe, nous n’en aurions eu aucun !

D’autre part, une partie de l’agressivité de l’album provient des conflits qui ont eu lieu pendant l’enregistrement. Le producteur Don Gilmore était plus habitué à produire des groupes de Rock, alors il a donné à Linkin Park une grande liberté créative pour les parties Hip Hop des chansons. Néanmoins, lorsque le label n’était pas satisfait de ce qu’il entendait, cela provoquait des tensions en studio. Mike Shinoda a expliqué à Billboard :

La lutte pour le pouvoir est devenue une partie intégrante de la réalisation de cet album. Une partie de l’intensité et de la frustration que vous entendez sur l’album est spécifiquement liée à ces événements.

Linkin Park : Connaissez-vous toutes ces anecdotes sur Hybrid Theory ?
Linkin Park en train de mixer Hybrid Theory en studio (1999-2000)

Le clip vidéo de Papercut a mal vieilli ?

Dans le cadre d’une interview avec Kerrang!, Mike Shinoda s’est exprimé sur la chanson d’ouverture de l’album, Papercut. Il a dit :

La seule chose qui, rétrospectivement, n’a pas bien vieilli dans cette chanson, c’est le clip. Si vous le regardez, désolé, nous ne savions pas ce que nous faisions.

La vidéo elle-même – qui a été visionnée plus de 170 millions de fois sur YouTube à ce jour – montre le groupe dans une maison somptueuse, plus précisément dans un beau salon, adjacent à une pièce beaucoup plus sombre. N’oublions pas le code vestimentaire audacieux de Chester Bennington, qui portait des pantalons à carreaux et une crête rouge.

Je me souviens que Chester s’est pointé avec une tenue à carreaux, et je me suis dit : “C’est un choix très bizarre”. Je ne lui ai pas fait de remarque, il y avait tellement de choses en jeu… Nous étions toujours tendus, et il y avait constamment des désaccords mineurs sur certaines choses, alors je me suis tu. Nous essayions juste de faire une bonne vidéo.

Il a ajouté :

Ce n’est pas une vidéo horrible, mais les effets spéciaux sont loufoques. Je pense que nous avons fait pire, mais quand je la regarde maintenant, j’ai l’air d’un putain d’idiot et je ne comprends pas ce qui se passe [rires].

Une des lignes les plus marquantes de Crawling a été créée par accident

Dans le cadre d’une interview avec Kerrang!, Mike Shinoda s’est exprimé sur la chanson Crawling, qui est un des singles les plus emblématiques du groupe à ce jour. Le frontman a révélé que l’une des lignes les plus célèbres de la chanson, “Fear is how I fall”, venait du fait que le producteur Don Gilmore avait mal entendu l’une de leurs lignes originales.

J’ai toujours écrit mes propres raps, et parfois j’écrivais des paroles pour certaines parties chantées. La plupart des parties chantées étaient écrites par Chester, mais souvent nous écrivions ensemble. Quand j’écrivais quelque chose, je lui donnais mon idée, nous la révisions ensemble, et je le laissais la peaufiner et la faire sienne, de sorte que lorsqu’il chantait, sa personnalité s’exprimait. Néanmoins, pour Crawling, il avait écrit presque toutes les paroles.

Après avoir terminé une nouvelle session d’écriture et d’enregistrement, le groupe a demandé l’avis du producteur Don.

Chester avait écrit la phrase ‘Fear is powerful’ dans le refrain. Nous avons demandé à Don s’il aimait les paroles et la démo en général, et il a répondu : “C’est du bon, j’aime vraiment cette phrase ‘Fear is how I fall’”, et nous avons tous les deux dit : “Oh oui, cette phrase !” [rires]. Mec, il avait juste mal entendu ! Il avait entendu une belle réplique par accident. Plus tard, nous avons appris que quand quelqu’un chante, même “en yaourt”, on peut y entendre de vrais mots et trouver quelques pépites.

Chester Bennington n’était pas fan de In The End

Il est intéressant de noter que Chester Bennington n’aimait pas In the End au départ. Il y a de nombreuses années, il a déclaré à V Music :

Je ne voulais même pas qu’elle figure sur le disque, honnêtement. Comment ai-je pu autant me tromper ? À ce stade, j’ai décidé que je ne savais pas de quoi je parlais, alors je laisse ça à d’autres personnes qui sont vraiment douées pour choisir les chansons que les gens vont aimer le plus… Maintenant, j’aime In the End et je pense que c’est une chanson vraiment géniale.

Selon Setlist.fm, In the End est la chanson de Linkin Park la plus jouée dans l’histoire des concerts du groupe, ayant été interprétée 747 fois au total, soit quatre de plus que One Step Closer.

Quelques chiffres

Tout récemment, Hybrid Theory de Linkin Park a réintégré le Billboard 200 à la 12e place. En effet, l’édition du 20e anniversaire du premier album du groupe s’est vendue à 17 000 exemplaires aux États-Unis au cours de sa première semaine de disponibilité.

À ce jour, Billboard rapporte que la version originale de Hybrid Theory s’est vendue à quelque 10,8 millions d’exemplaires aux États-Unis. D’ailleurs, la version originale de l’album a été officiellement certifiée 12x platine aux États-Unis le 11 septembre 2020, les données de streaming ayant été prises en compte dans ce décompte.

L’édition du 20e anniversaire de Hybrid Theory, qui est un coffret Super Deluxe, comprend cinq CDs contenant l’album original et tout un tas de raretés (démos inédites, extraits live, etc.).

Linkin Park – Hybrid Theory (20th Anniversary Edition) :