Les reviews utilisateurs sont de retour !

Korn : 10 révélations sur l'album Life Is Peachy

à 12 h 01 min
Lecture 10 min.
Korn : 10 révélations sur l'album Life Is Peachy
© agwilson, Shutterstock.com

Revolver vient de publier une liste, “Korn : 10 révélations sur l’album Life Is Peachy”. Découvrez toutes les révélations ci-dessous !

L’article est accompagné de l’introduction suivante : “Moins de deux ans après la sortie de son premier album éponyme en 1994, Korn a dû faire face à la tâche monumentale de donner une suite à cet album commercialement réussi et créativement révolutionnaire”.

“Pour ce faire, le groupe s’est réuni avec le producteur Ross Robinson et est retourné à Indigo Ranch à Malibu, en Californie, où il avait créé Korn. Sous pression, le groupe a produit ce que le chanteur Jonathan Davis a appelé un album ‘très précipité, très brut’.”

“Dans une interview de 2015 accordée à Vice, Jonathan Davis a déclaré : ‘Nous venions de faire le premier album de Korn et nous sommes partis en tournée pendant 18 mois, et nous avons dû nous précipiter pour faire celui-ci et remonter sur scène et continuer à tourner’.”

“‘C’est toujours un album qui tue. J’avais tellement peur quand il est sorti, de la poisse du deuxième album. Mais il s’est avéré être une tuerie’.”

“Alors que le premier album est une affaire serrée, cohérente et implacablement sombre, Life Is Peachy s’éparpille un peu, passant de rages à la Korn (Chi, Lost) à des jams plus drôles et plus sophistiqués ([email protected]#% !, A.D.I.D.A.S.) à des reprises festives (Wicked, avec Chino Moreno de Deftones, et Lowrider, avec le guitariste Brian “Head” Welch au chant).”

“Plus que son premier album, Life Is Peachy reflète les diverses influences du groupe. ‘Nous écoutions beaucoup de Hip-hop’, a déclaré le guitariste James “Munky” Shaffer. ‘J’écoutais probablement beaucoup de Mr. Bungle, du Hip-hop comme les premiers Outkast et Pharcyde, des disques de Sepultura et Rage Against The Machine, pour n’en citer que quelques-uns’.”

“Ces influences et bien d’autres se retrouvent tout au long des 14 titres de Life Is Peachy. Voici 10 révélations sur cet album phare.”

Korn – 10 révélations sur l’album Life Is Peachy :

À lire aussi : Regardez Mastodon jouer Teardrinker lors de l'émission Late Night With Seth Meyers

1. Les membres du groupe ont été surpris lorsqu’ils ont entendu Twist pour la première fois :

Twist est le morceau d’ouverture de l’album. Si ce titre a surpris les auditeurs au fil des années, il a également stupéfié les membres du groupe lorsqu’ils l’ont entendu pour la première fois.

“Une fois que [Jonathan Davis] a fait Twist, nous nous sommes demandé ce que c’était que ça”, a déclaré Head dans une interview accordée à Do You Know Jack Podcast. “Et nous nous sommes dit : ‘Ouvrons l’album avec ça. Et les gens vont se dire : ‘Quoi ? Qu’est-ce que c’est ? Personne n’a jamais fait ça…’. Nous avons regardé [Jonathan après avoir enregistré sa voix]. Nous nous sommes dit : ‘Qui es-tu ?’.”

2. Le scat de Twist a été inspiré par le pionnier du Hip-hop, Doug E. Fresh :

Avant d’être chanteur, Jonathan Davis était DJ et batteur, ce qui explique probablement les aspects plus rythmés de sa voix, notamment son scat caractéristique, comme on l’entend sur le morceau d’ouverture.

“Twist était vraiment du scat lourd. Je faisais du beatbox parce que j’adore faire du beatbox”, a déclaré Jonathan dans une interview de 2018 accordée à Fader. Il a désigné Doug E. Fresh comme une influence principale : “[Il] était le meilleur beatboxer à l’époque”.

3. Korn était sous pression et devait éviter la poisse du deuxième opus :

“C’est vrai que [la maison de disques et le management] ont essayé de nous faire peur”, a déclaré Head au podcast Do You Know Jack. “Ils disaient : ‘La poisse du deuxième album. Vous ne voulez pas de ça. Vous devez donc vous mettre au travail. Mais en même temps, nous avons besoin que vous ayez un album prêt dans six semaines’.”

“Et nous n’avions encore rien écrit. Le premier album, nous avions eu toute notre vingtaine pour l’écrire, et là nous avions deux mois pour écrire et enregistrer un album. Nous avons fait ça si vite.”

“Le management nous mettait pas la pression : ‘Ça serait vraiment bien si vous pouviez juste le faire’. Nous l’avons dit au producteur… Mais Ross [Robinson] à l’époque, il était jeune. Nous étions tous jeunes. Nous nous sommes dit : ‘Ouais. Allons-y. Nous allons tout déchirer’.”

4. Jonathan Davis mordait ses camarades de groupe quand il était ivre :

L’une des façons dont Korn a géré la pression massive entourant l’album a été de boire et de se défoncer – beaucoup. L’alcool et les drogues ont conduit à des bagarres, et Ross Robinson était souvent pris entre deux feux, essayant de garder le groupe sur les rails pendant le processus d’enregistrement.

Quant à Jonathan, son agressivité envers ses camarades prenait parfois une autre forme, plus dentaire.

“Nous buvions des quantités massives de tout, et quand nous étions vraiment défoncés, nous ne voulions pas être les uns près des autres”, a raconté Jonathan Davis. “Je mordais les gens quand j’étais ivre. Je mordais tout le monde dans le groupe. Je ne savais pas ce que je faisais et je m’en fichais.”

5. Le titre de la chanson Chi est un hommage au bassiste de Deftones, Chi Cheng, mais n’a rien à voir avec lui dans les paroles :

Chi, traite de la toxicomanie comme moyen d’endormir la douleur émotionnelle, mais le titre est un clin d’œil affectueux à l’ami de Korn, Chi Cheng, bassiste de l’un des pionniers du Nu Metal, Deftones.

“Nous lui avons donné ce nom parce qu’il avait l’habitude de l’appeler Reggae et qu’il adore la musique reggae”, a expliqué Jonathan Davis. “Nous donnons des surnoms à toutes nos chansons avant même d’avoir les paroles, comme Dick Nose pour une chanson.”

“Nous leur donnons des noms farfelus parce que c’est juste la musique et que je dois écrire les paroles avant de nommer la chanson. Ainsi, elle s’est d’abord appelée Reggae avant que je n’aie les paroles, puis nous l’avons renommée Chi parce que nous pensons toujours à lui lorsque nous la jouons.”

6. La chanson Kill You parle de la belle-mère de Jonathan Davis, qui l’aurait forcé à manger de la sauce Tabasco quand il se sentait malade, entre autres abus :

Comme d’habitude, Jonathan déterre toutes sortes de démons personnels angoissants pour ses textes. L’une des chansons les plus venimeuses et cathartiques de Life Is Peachy est Kill You, qui clôt l’album et dans laquelle le chanteur exprime un fantasme meurtrier à propos de sa belle-mère, qui, selon lui, abusait de lui de manière sadique.

“[La chanson parle] d’une parente que j’ai rencontrée quand j’avais 12 ans”, a déclaré Jonathan Davis. “Je déteste cette salope. C’est la personne la plus maléfique, la plus dérangée que j’ai rencontrée dans toute ma vie. Elle me détestait. Elle faisait tout ce qu’elle pouvait pour faire de ma vie un enfer. Par exemple, quand j’étais malade, elle me donnait du thé avec du Tabasco, une huile de piment très forte. Elle me le faisait boire en disant : ‘Tu dois brûler ce rhume, mon garçon’. Et tout un tas de conneries de ce genre.”

7. Mr. Rogers s’inspire de la haine de Jonathan Davis pour la populaire émission de télévision pour enfants et son animateur – une haine qui l’a également conduit à des séances de visionnage obsessionnelles, sous l’effet de la drogue :

Un autre démon personnel de Jonathan Davis est Mister Rogers, l’animateur de l’émission télévisée pour enfants Mister Rogers’ Neighborhood, et la source de la colère du chanteur dans le septième morceau de l’album.

“Quand j’étais enfant et que je regardais Mister Rogers, cette merde était effrayante”, a déclaré Jonathan. “C’était un vieil homme effrayant… Land Of Makebelieve et Mr. FuckinMcFeely et tout le reste… ça me rendait malade.”

“Donc à l’époque, j’étais sous speed, pendant cinq ou six jours j’ai trippé et mon cerveau devenait bizarre et schizophrène et tout ça, et je l’enregistrais et le regardais tous les jours encore et encore….. Je ne sais pas, j’étais malade dans ma tête.”

“Quand j’étais enfant, il me disait d’être poli et tout ce que je faisais, c’était me faire harceler. Je déteste cet homme. Merci de m’avoir rendu poli et confiant envers tout le monde, et facile à manipuler. J’ai donc passé trois mois à peaufiner cette chanson, et c’était juste mon obsession avec M. Rogers, sur la façon dont je pensais qu’il était méchant. C’était presque de la drogue.”

8. Korn voulait soumettre [email protected]#%! à la radio comme premier single de Life Is Peachy :

Un “fuck you” ridiculement grossier adressé aux différentes ex-copines de Jonathan Davis, [email protected]#% ! est à peu près la dernière chanson que l’on choisirait comme single radio. Mais Korn avait bien l’intention de le faire.

“Nous allions [l’envoyer à la radio] comme une blague parce que nous savions qu’ils ne la passeraient pas, puis une semaine plus tard [envoyer] la vraie chanson”, a révélé Munky dans le livre Korn : Life in the Pit. Pour Jonathan Davis, la blague prévue était un peu plus profonde.

“J’en ai tellement marre que [les gens de la radio] coupent mes gros mots”, a-t-il expliqué. “C’est comme ça que je chante, et il s’agit de prendre position. On envoie une grosse clé à molette sur cet enfoiré”.

Inutile de dire que les dirigeants de la maison de disques de Korn ont rejeté l’idée et ont publié No Place To Hide, beaucoup plus adapté à la radio, comme premier single de l’album.

9. Ass Itch est la dernière chanson que Jonathan Davis a écrite pour Life Is Peachy, et elle traite de la difficulté du processus d’écriture de chansons :

Il n’est pas surprenant, étant donné la profondeur de ses chansons, que Jonathan Davis ait trouvé l’expérience d’écrire les paroles de Life Is Peachy épuisante.

Ainsi, lorsqu’il s’est agi d’écrire les derniers mots de l’album, il s’est inspiré directement de cette expérience.

“[Ass Itch] a été la dernière chanson que j’ai écrite, et j’ai été tellement échaudé par l’écriture des paroles qu’à chaque fois que j’écris, je suis déprimé parce que je commence à penser à des choses…” a déclaré Jonathan. “Toute la chanson parle de ça. Dans le refrain, il est dit : ‘Avant longtemps, ma chanson va mourir’. C’est parce que je me mets en danger tout le temps et pour quoi ? Parce que les gens ne vont pas l’écouter de toute façon.”

10. Les membres de Korn eux-mêmes admettent que Life Is Peachy est loin d’être le meilleur album du groupe :

Quelques années après la sortie de Life Is Peachy, Jonathan Davis a admis que lui et ses camarades de groupe n’étaient pas enchantés par l’album.

“Nous n’étions pas très fiers de [Life Is] Peachy”, a-t-il révélé. “Au début, nous l’étions, mais pour vivre avec, non. Nous étions tellement pressés. C’était nul.”

Près de deux décennies plus tard, en 2015, lorsque Jonathan a classé la discographie de Korn pour Vice, il l’a placée dans la dernière moitié, à la huitième place.

Head a réitéré cette opinion sur le podcast Do You Know Jack. “J’ai l’impression que ce n’est pas le meilleur album en ce qui concerne le son et la production et tout”, a déclaré le guitariste. “S‘il n’y avait pas ces trois ou quatre chansons, nous aurions des problèmes, je pense.”

Korn – Twist (Live) :

Korn – Chi (Live, 1997) :

Korn – No Place To Hide :

Commentaires

Les publications ou les commentaires des utilisateurs ne reflètent pas les opinions de MetalZone, et aucun membre de l'équipe ne pourra être tenu responsable des propos des utilisateurs. Tout commentaire ne respectant pas la loi sera supprimé. Vous pouvez nous contacter pour signaler un commentaire abusif.

Tags : Nu Metal Korn
Source : revolvermag.com
Articles les plus récents
Articles les plus vus
Les dernières reviews
Les maîtres du Death Metal Mélodique, Be'Lakor, sont de retour avec Hidden Window

Be'Lakor
Coherence

Par Adrien, le 13/11/2021
Baptize

Atreyu
Baptize

Par Tetralens, le 02/07/2021
Light The Torch annonce son nouvel album, You Will Be The Death Of Me (détails & single)

Light The Torch
You Will Be The Death Of Me

Par Tetralens, le 29/06/2021
Plus d'actus sur Korn
L'actu Nu Metal